CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Runaway Train : le test blu-ray

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre: ,
 
Pays: ,
 
Durée: 111 min
 
Date de sortie: 21/05/1986 (salle) - 26/06/2018 (blu-ray)
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 22 juillet 2018 by

 
Full Article
 
 




Manny et Buck parviennent à s’échapper de prison. Leur fuite est très compliquée et dangereuse car ils sont au beau milieu de l’Alaska, région aux conditions climatiques glaciales. Toutefois, ils rejoignent une gare et montent à bord d’un train. Malheureusement pour eux, le conducteur est victime d’une crise cardiaque et les freins du convoi ne répondent plus ! La vitesse ne cesse d’augmenter et personne ne semble capable de la faire redescendre…

L’avis de Fabien

Film culte des 80’s, Runaway Train a un pedigree peu commun : imaginé par l’immense Akira Kurosawa, tourné par le réalisateur russe Andrey Konchalovsky pour la société Cannon spécialisée dans les Chuck Norris movies et interprété par des acteurs américains, Jon Voight, Eric Roberts et Rebecca De Mornay

La 1ère partie est un drame carcéral âpre, violent puis, avec la grande évasion des prisonniers interprétés par Jon Voight et Eric Roberts, le récit vire vers le thriller ferroviaire, le film catastrophe, avec un train fou avec à son bord ces deux condamnés poursuivis par un directeur de prison enragé dans les paysages rudes de l’Alaska. Nerveux, viscéral, avec des cascades à l’ancienne, Runaway Train prend une dimension tragique en se resserrant sur ce trio, les deux évadés et la mécanicienne jouée par Rebecca de Mornay, piégé à bord du train fou.

Runaway Train dépasse son statut d’actioner bourrin sur le papier pour raconter la lutte implacable, désespérée, aux accents mythologiques, d’un marginal épris de liberté, présenté comme « un animal », contre un monstre de fer incontrôlable, métaphore du destin des fuyards. Le final est plein de lyrisme, avec un superbe plan final emportant Manny, Jon Voight dans un de ses meilleurs rôles, vers un avenir incertain, suivi d’une citation de Richard III: « Il n’est pas d’animal plus féroce qui ignore ce qu’est la pitié. Je ne connais pas la pitié, je ne suis pas un animal ».

Technique

Cette édition française blu-ray utilise le même master que celui dégainé par Arrow en 2013 : l’image, propre, fait la part belle aux gros plans sur les visages mais on notera quelques problèmes de netteté pour les scènes en basse lumière comme la scène des égouts. Si on est assez loin de la qualité d’image hd des canons contemporains, cette copie permet de (re)voir cet intense film d’action dans les meilleures conditions techniques. Côté son : de belles ambiances (partie carcérale puis ferroviaire), un efficace design sonore du train et un meilleur placement des voix en VO.

Bonus

L’unique supplément de cette édition blu-ray ESC, De Tarkovski à Stallone (27’), est une intéressante analyse de la carrière d’Andrey Konchalovsky par Fernand Garcia de Kinoscript. Il retrace les débuts du réalisateur russe aux côtés d’Andreï Tarkovski en tant qu’assistant sur L’enfance d’Yvan, parle de la réalisation d’une fresque historique Sibériade (1979) puis de son travail avec la société Cannon sur Maria’s lover avec Natasja Kinski (1984) et Runaway Train (1985) sur un scénario de Kurosawa repris entre autres par Edward Bunker, le tournage en Alaska et Montana avec le chef op Alan Hume et les acteurs Jon Voigt, Eric Roberts, nommés aux Oscars. Enfin est évoqué son dernier film pour un studio us, la Warner, Tango & Cash (1989) où, suite à un conflit avec un des producteurs, il sera viré du tournage, ce qui n’empêchera pas ce film interprété par Sylvester Stallone et Kurt Russell d’être un gros succès.


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)