CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Little Big Man : le test blu-ray

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre: ,
 
Pays:
 
Durée: 139 min
 
Date de sortie: 29/03/1971 (salles) - 19/10/2016 (blu-ray)
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 11 novembre 2016 by

 
Full Article
 
 

Âgé de 121 ans, Jack Crabb, seul survivant du massacre de Little Big Horn, raconte son histoire à un journaliste. Adopté par une famille de Cheyennes, ce visage pâle est surnommé Little Big Man à cause de son immense courage. Un jour, toute sa tribu est massacrée par les Blancs et Jack est alors recueilli par un pasteur et sa femme. Mais le jeune homme est partagé entre ses origines indiennes et son nouveau peuple..

Avis de Fabien

Arthur Penn, réalisateur de Le gaucher (1957) ou Bonnie & Clyde (1967), s’est associé à la fin des années 60 à Dustin Hoffman, auréolé du succès de Le Lauréat (1967) et Macadam cow-boy (1969), pour le western Little big man (1970), devenu un classique.

Adaptation du livre éponyme de Thomas Berger, Little big man s’inscrit dans le courant contestataire US des années 1964-1971 et raconte le génocide indien dans un geste artistique de démythification de l’Ouest américain déjà à l’oeuvre dans le précédent western de Penn Le gaucher (1957) puis plus tard dans son Missouri Breaks (1976). Moins violent et cru que le western de Ralph Nelson Soldat bleu (1970) sur ce même thème, le film d’Arthur Penn a la forme d’un récit d’aventures, une épopée picaresque centrée sur la vie de Jack Crabb, seul survivant blanc de la bataille de Little Bighorn (1876) qui raconte son parcours à un journaliste dans un hospice pour vieillards. Sa vie de 17 ans à 121 ans nous est narrée, une épopée incroyable où, après avoir été recueilli par les Cheyennes à la mort de ses parents, il va vivre avec les blancs quelque temps, tâter de la religion, charlatanisme, devenir le roi de la gâchette, épouser une Suédoise avant de retrouver le peuple Cheyenne dont il va assister au massacre à Whishita puis à Little Big Horn par le général Custer et ses troupes.

Le ton unique dans le genre pour ce western progressiste qui revisite la conquête de l’Ouest et dénonce le génocide des indiens alterne sans cesse, dans une même séquence, scène, les styles et les tonalités, drame et comique, pathos et ironie, moments truculents et scènes tragiques. Crabb, en candide, est constamment balloté par les évènements, change d’un camp à l’autre : chez les blancs il va apprendre l’hypocrisie, le mensonge, chez les indiens le rapport sensuel à la nature, une philosophie de vie apaisante. La dernière partie, la plus dramatique, montre un Crabb en pleine déchéance qui décide, au lieu de se suicider, d’entraîner Custer dans sa chute : la bataille de Little Big Horn est une boucherie mené par un Custer filmé comme un psychotique sanguinaire, une séquence qui fait écho à la guerre du Vietnam et où se lit une critique de la politique étrangère US.

Dustin Hoffman porte le film et y est génial : son art de la transformation, sa riche palette de jeu font des merveilles. On y croise aussi la charismatique Faye Dunaway et l’indien Chief Dan George qui jouera un plus tard dans Josey Wales hors la loi de Clint Eastwood, autre grand cinéaste qui dans son chef d’oeuvre crépusculaire Impitoyable se fait le fossoyeur, comme Arthur Penn, de la mythologie de l’Ouest.

littlebigmanphoto1

littlebigmancoffretcarlotta




Test blu-ray

Technique

Le master restauré a un rendu remarquable dans les extérieurs jour comme dans les scènes nocturnes. Nonobstant quelques fourmillements et points blancs  sporadiques, surtout pendant le générique, la restauration est de haute volée. La VO, plus ample, permet de savourer l’excellent travail de Dustin Hoffman sur la voix de son personnage; VF un peu vieillotte.

Bonus

Little Big Man est le 4ème titre de la prestigieuse et excellente collection coffret ultra collector proposée par Carlotta avec blu-ray, double dvd et livre de 160 pages.

Au niveau des suppléments : préface (7′) puis analyse du film (25′)  par Philippe Rouyer de la revue Positif, making-of d’époque avec interviews et extraits de tournage (26′) où Arthur Penn parle de sa méthode de travail, de sa collaboration avec Dustin Hoffman et de ses choix artistiques. Est aussi fait un focus sur la performance de Hoffman dans la featurette Les multiples facettes de Dustin Hoffman (14′).

Enfin le livre de 160 pages Penser la spontanéité propose une entretien fleuve avec Arthur Penn, des analyses cinéma et historiques, accompagnées de 60 photos de tournages inédites.


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)