0
Posted 7 février 2019 by Yanick Ruf in Festival
 
 

FICA 2019 : première journée sous le signe de Kenji Mizoguchi


Kenji Mizoguchi à l’honneur

Beaucoup de thématiques intéressantes cette année. Vous me direz qu’il en est ainsi tous les ans au Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul. Oui, les habitués le savent bien.  Nous avons donc commencé par une journée consacrée au japonisme. Si vous ne connaissez pas ce terme, voici la définition exacte faite par Wikipédia : l’influence de la civilisation et de l’art japonais sur les artistes et écrivains.

Parmi les films présentés, nous avons eu l’opportunité de voir sur grand écran pas moins de 3 films pour cette première journée.  Et sur les trois, deux petites merveilles signées Kenji Mizoguchi. Ce cinéaste exceptionnel nous prouve à travers eux la qualité de son travail. Grâce à des copies entièrement restaurées de main de maître, on a pu profiter pleinement des projections. Quoi de mieux pour se projeter à nouveau dans le monde incroyable du réalisateur japonais. Le public est conquis, voire subjugué.




Bien entendu, Mizoguchi traite de faits divers tels qu’ils auraient pu se dérouler dans le japon féodal. Une époque très dure. Les personnages sont attachants et les sujets prêtent à réfléchir. Quand on pense qu’à l’époque l’adultère était puni de crucifixion !!!! Incroyable.

Et même si l’on se trouve dans la section japonisme, il ne faut pas oublier le sujet principal de cette 25eme édition du festival : le couple. Donc beaucoup de films vont parler des relations humaines et de ce qu’il en découle parfois….

D’autres films à découvrir dès demain et nous reviendrons encore sur les œuvres japonaises très présentes cette année.

Tous nos remerciements à l’équipe du FICA2019 pour nous donner l’opportunité de vivre cet évènement.


Yanick Ruf