CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

The midnight meat train

 

 
Overview
 

Genre:
 
Titre Original: the midnight meat train
 
Durée: 85
 
Realisateur: Ryuhei Kitamura
 
Acteur: Bradley Cooper,Vinnie Jones,Brooke Shields
 
Pays: Japon
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
1 total rating

 


0
Posted 2 août 2009 by

 
Full Article
 
 

Un photographe de presse est témoin d’un meurtre dans le métro de New York. Il décide de prendre en chasse le criminel, un serial killer connu sous le nom de « boucher du métro »…


 

Prix du jury Sci Fi et prix du public au festival de Gérardmer 2009



L’avis de Yanick « Wolverine » RUF


Si vous prenez le métro, évitez l’arrêt abattoirs…

Voici enfin un film qui tient ses promesses. Pas toujours facile d’adapter des romans, surtout quand c’est le grand écrivain Clive Barker qui mène la danse.


Emigré aux Etats-Unis, Ruyhei Kitamura relève le défi. Par le passé, d’autres réalisateur japonais (Hideo Nakata) ont tenté l’expérience hollywoodienne qui est restée tout de même moyennement concluante…. C’est donc avec une assez grande crainte (pour un immense fan du réalisateur de Versus et Godzilla Final Wars) que nous nous sommes rendu à la projection. Que dire….Si ce n’est que le mot JOUISSIF risque d’être un peu léger !!!!!!

Alors si vous avez tout vu (ou du moins le croyez-vous), si le gore ne vous donne plus envie de vomir, si la tension ne vous fait plus sursauter…. Ce film est fait pour vous, car vous allez de nouveau ressentir toutes ses sensations !!! Incroyable (mais pourtant vrai), nous ne pouvons que vous conseiller de le voir à tout prix.

Une des premières apparitions de ce boucher (pas vert malgré la ligne de métro) va vous mettre d’entrée dans le ton avec un coup de marteau derrière la tête de sa victime, grand moment de sauvagerie primaire au ralenti pour nous montrer tranquillement la gerbe de sang qui précède l’envol de l’œil de son orbite ! La suite va être sur le même ton ! Bien entendu, des effets numériques sont là pour augmenter l’intensité de l’action et nous donner une vue du métro assez impressionnante qui nous aidera à nous imprégner des lieus … Ca n’arrête pas et on y prend plaisir.

Merci Kitamura-san pour ce petit bijou qui nous entraine dans l’univers de Clive BarkerMidnight meat train est l’adaptation réussie appelée à devenir culte d’une nouvelle du Livre de sang.







L’avis de Fabien


Réalisateur d’obscurs films d’arts martiaux comme Versus l’ultime guerrier ou Azumi et d’un Godzilla final wars au doux parfum de nanar atomique, le japonais Ryuhei Kitamura s’est vu confié pour son premier film américain une adaptation d’une nouvelle de Clive Barker tirée de la série des « Livres de sang » dont le premier tome fut publié en 1984.



Le héros de cette version cinématographique est un photographe à la vie sentimentale et professionnelle radieuse qui, petit à petit, fasciné et vampirisé par un colosse mystérieux croisé dans le métro (un Vinnie Jones mutique très sinistre) va plonger dans les bas-fonds sordides de la ville de New-York quite à en perdre son âme.

Ce thème du vampirisme qui court tout le long de ce récit d’horreur trouve une illustration cauchemardesque dans le dernier acte placé sous le signe du fantastique à la Barker et Lovecraft.


Le film joue habilement avec nos peurs nocturnes en milieu urbain comme notre fascination pour le spectacle de la violence : le héros incarné solidement par Bradley Cooper peut être vu comme le double du spectateur.

Particulièrement sanglant, l’univers glauque et malsain du film a recours à l’image de synthèse pour amplifier les jets d’hémoglobine et les démembrements divers dûs au boucher stakhanoviste. Cette outrance dans le gore a pour effet d’éloigner le récit d’un réalisme crapoteux pour nous plonger dans une réalité parallèle aux dimensions horrifiques et fantastiques (rames de métro déserte, apparitions diaboliques du boucher) angoissantes.



Midnight meat train est une intrigante et redoutable plongée dans l’horreur, dans un monde souterrain (le métro New-yorkais) interlope et terrifiant comme métaphore de l’âme humaine fascinée par le mal (représentée ici par le photographe qui glisse dangeureusement vers la damnation) qui réserve son lot de frayeurs et de sensations fortes à un public averti.

 


zast

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)