CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Ted 2 : le test blu-ray

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre:
 
Pays:
 
Durée: 115 min
 
Date de sortie: 05/08/2015 (salle) - 08/12/2015 (vidéo)
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
2 total ratings

 


0
Posted 5 décembre 2015 by

 
Full Article
 
 

Les deux meilleurs amis du monde vont cette fois-ci s’aventurer en territoire totalement inconnu : le moment est venu de légaliser l’existence de Ted.
Nos deux compères vivent toujours à Boston, mais alors que John est désormais célibataire, Ted a emménagé avec Tamy Lynn, la bombe de ses rêves.
Alors qu’ils traversent leurs premiers orages maritaux, ils décident de faire un enfant pour consolider leur couple. Leurs espoirs sont brisés lorsque la cour du Massachussetts refuse de reconnaître le statut de personne à Ted, et lui octroie celui de « propriété », ce qui le rend inapte à l’adoption.
Il est licencié de son travail au magasin et informé sans autre forme de procès que son mariage est annulé.
Furieux et dégoûté, Ted va canaliser sa frustration sur la restauration de ses droits, et demander à son meilleur ami de l’aider à poursuivre en justice la Cour du Massachussetts.
Ils engagent alors en tant qu’avocat une jeune activiste de la légalisation de la marijuana : Samantha L. Jackson.
Mais Ted est débouté. Le trio s’embarque alors dans un road trip vers New York afin de tenter de convaincre le célèbre avocat des droits civils Patrick Meighan de porter leur dossier en appel.
Leur but est de prouver qu’un ours en peluche accro à la bière et à la fumette a les mêmes droits que n’importe quel Américain accro à la bière et à la fumette.

 

Avis de Manu :

Selon certaines sources Ted 2 ne serait pas drôle et aurait perdu son humour. Selon d’autres, le film serait d’une lourdeur sans nom, voire pire, « oh-scénario-infâme », l’ours trash n’aurait pas le droit de faire un parallèle en la reconnaissance de son statut de personne, fil de l’histoire, et le combat des Afro-Américains et/ou des homosexuels. Suprême indélicatesse. Balisons les thèmes à aborder et ne faisons que de chouettes comédies, toutes mignonnes alors. Le pays de Marianne semble être maître en la matière…

Etrange comme répartie quand la voute d’un tel film est basée sur l’irrévérence, la totale déglingue et l’absurdité post-adolescente. Pour du Murnau (même si on apprécie) on repassera ; l’affiche donnait cependant des indices… Mieux encore, Ted 2 est aussi drôle et dans la même lignée que son prédécesseur, voire mieux, puisqu’une suite (mercantile tout de même) tient la route de la première à la dernière minute. Il est donc étrange de faire un procès d’intention sur le fond d’un film qui justement ne se prend jamais au sérieux, joue la carte à fond des blagues trash ; certaines séquences débarquent même çà et là, comme des parenthèses à l’histoire, moments de vie régressifs et parfaitement drôles. Oui le film est grossier, un peu crade mais jamais vulgaire. La vulgarité est souvent le fruit du trash et de la facilité. L’art de la vanne ne tient pas uniquement par son fond mais dans la manière de le proposer, et Seth MacFarlane reste fidèle à sa marque déposée. Un certain savoir-faire dans le rythme des séquences et leurs contenus, qu’on avait un peu perdu dans Albert à l’Ouest, revient au meilleur des moments. Cette suite fidèle et plutôt bien vu dans la filiation d’un premier opus totalement déjanté, nous sert toujours et encore le même humour. Forcément on apprécie ou pas.

Pour autant, le réalisateur tient encore à ses nombreuses références, culture mainstream tabassée à coup de batte de baseball verbales, et incursions régulières à la pop culture, tout comme des cadors de l’humour actuel font leur caméo (Jimmy Kimmel, SNL sont de la partie). C’est drôle et même très drôle.

Ted 2 fait surtout partie de cette frange de l’humour US tapissée trash qui se permet d’aller bien plus loin que les films calibrés du moment. Sous la couverture grossière de la comédie scato se cache parfois le jeu d’un ado puéril qui sait diablement écrire une comédie et imposer un rythme soutenu sur près de deux heures. Il en dépasse même presque le premier chapitre dans sa facilité à rebondir d’une scène à l’autre, de faire tout et n’importe quoi, et ne jamais tomber dans la mièvrerie quand le film tente l’aventure du sérieux.

Plaisir coupable d’un réalisateur fan de cinéma (nombreux clin d’œil au 7ème art, comme dans Les Griffin – Family Guy) Ted déboule dans cette suite surprenante qui n’abaisse donc jamais son niveau par rapport à son grand frère. Mark Wahlberg joue dans une gamme un peu plus grossière et bête le personnage de John mais tout reste dans le ton que le film demande. Et Ted reste un vrai régal, voir le symbole du jouet enfantin le plus attendrissant possible en version trash, humaine et roublarde reste un vrai plaisir. A voir absolument en VO avec un Seth MacFarlane des grands jours (à l’inverse de la voix française, Joey Starr, absolument insupportable) qui donne une vraie ampleur à cette peluche tendance punk.

Le film n’est bien sûr pas à mettre entre toutes les oreilles mais pour le spectateur averti et séduit du premier du nom, Ted 2 reste la comédie la plus drôle de ces derniers mois. La plus drôle, pour la cible très réduite à laquelle le film s’adresse. Mais ça…

ted2-1

Avis de Fabien




Après le succès de Ted en 2012, les potes du tonnerre sont de retour pour de nouvelles aventures débridées et loufoques.

On retrouve dans ce second opus l’humour trash, irrévérencieux de Seth Mc Farlane qui n’épargne personne : les handicapés, les gays, les nerds sont les cibles principales du créateur des Griffin. Avec en plus dans Ted 2 un message de tolérance, du droit à l’égalité pour tous via le combat de Ted pour accéder au statut de véritable personne.

L’effet de surprise du premier film étant dissipé force est d’avouer que cette suite est inférieure au précédent : arc narratif peu inspiré, personnage féminin faiblard (histoire d’amour avec John complètement factice), rythme en dent de scie en raison de séquences comiques faiblardes voire ratées (la séquence champêtre, les numéros musicaux).

Depuis Albert à l’ouest Seth McFarlane a égaré son sens du rythme comique. Bien trop inégal pour emporter l’adhésion, son Ted 2 demeure sympathique grâce à quelques répliques cinglantes et gags absurdes couplés à de savoureuses références à la culture populaire et geek culminant lors de la séquence du Comic Con et aux apparitions marrantes de stars comme Liam Neeson, Dennis Haysbert, Morgan Freeman sans oublier la performance hallucinante de Giovanni Ribisi en nemesis de l’ourson en peluche mal léché.

ted2photo2

Test blu-ray

Technique

De l’excellent travail au niveau des images tout comme au rayon sonore avec une préférence pour la vo un peu plus dynamique et percutante que son homologue française notamment pour la restitution de la bo.

Bonus

Ce blu-ray Universal comporte des suppléments placés sous le signe de la déconne avec tout d’abord 7 scènes coupées (4′), dispensables suivies d’un bêtisier (2′). « Potes du tonnerre pour la vie » (7′) fait office de making-of avec interviews promo de l’équipe du film et extraits de tournage. Puis sont proposés  de courts modules comme « Créer Comic con » sur le tournage de la séquence finale, « Potes de caméos » (6′) avec toutes les apparitions de célébrités dont David Hasselhoff coupé au montage, « En chemin » centré sur les décors et cascades dont un hommage à Un ticket pour deux et pour finir un focus sur le Grand numéro musical d’ouverture, chorégraphie en hommage au vieil Hollywood avec intégration de Ted au ballet grâce à la mocap.


zast

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)