CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Suburra

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre: ,
 
Pays:
 
Durée: 135 min
 
Date de sortie: 09/12/2015
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
5 total ratings

 


0
Posted 15 décembre 2015 by

 
Full Article
 
 

La Suburra, quartier malfamé de Rome, est le théâtre d’un ambitieux projet immobilier. L’Etat, le Vatican et la Mafia sont impliqués. En sept jours, la mécanique va s’enrayer : la Suburra va sombrer, et renaître.

Avis de Manu

En 2012, après quelques courts-métrages et la réalisation de la série adaptée de Romanzo Criminale, Stefano Sollima s’attaque à son premier long-métrage. Sorti discrètement à l’époque, A.C.A.B avait divisé entre la vision pro et anti police. Sur le fil, il est vrai, le film ne tranchait pas réellement sur le fond mais interrogeait, alors que la mise en scène montrait des élans de fulgurances et de solides idées, en même temps qu’une vraie notion de mise en scène. Portrait d’une société italienne à travers sa délinquance et son « corps policier » le film baignait dans le réel. D’un emprunt d’un flot choral dans son récit, le deuxième film de Stefano Sollima fait à nouveau écho, avec plus de maturité, de noirceur et d’envie.

La réussite des films choraux est souvent liée à la difficulté de passer outre le côté puzzle et d’en donner une lecture simple et limpide. Le réalisateur semble aguerri dans cet art particulier du récit sans doute hérité des séries sur lesquels il a travaillé. D’une précision chirurgicale dans sa proposition comme dans son art de la répartition, Suburra s’avère impressionnant. Quand en plus, l’énergie et la vitalité sombre de l’histoire semble à même de donner un souffle puissant au film, on est proche de se dire que le metteur en scène inscrit sa propre grammaire cinématographique dans le cinéma italien et apporte une modernité indéniable dans la narration et la mise en scène de son film.

Proche de Gomorra dans son sujet comme dans sa véracité, Suburra est tranchant et véloce comme la dure réalité qu’il tente de dépeindre d’une société mafieuse, vérolée dans son échine la plus profonde, des arcanes du pouvoir politique comme religieux.




Chaque personnage échappe à tous les clichés qu’il aurait pu véhiculer par la forme personnelle que chacun représente, éclectisme caléidoscopique d’une multitude de profils (politiques, truands, religieux, junkies…). Au contraire, les étonnements surviennent par la propension de tous à évoluer là où on ne l’attendait pas, dans une construction narrative surprenante et vraiment crédible.

L’ambitieux formelle est au rendez-vous avec une épatante mise en scène; là où certains verront un effet un peu trop surligné esthétiquement dans les compositions visuelles (pas techniques) du film, les autres pourraient bien y trouver la marque enfin déposée d’un cinéma italien qui tourne enfin vers la modernité, tout en respectant le classicisme des films transalpins des années 60 et 70.

suburraphoto1

Le casting, majeur, imprégné et charismatique à souhait prend également le pas dans cet ensemble et la prestation de chacun conjuguée à une solide direction d’acteurs de la part de Stefano Sollima font de Suburra une jolie surprise de fin d’année.

Fiévreux, sombre et hypnotique, le score électro et lent du groupe M83 contribue à cette ambiance et délivre un constat implacable sur la société mafieuse made in Italie. Forcément un peu exagéré dans certains ses travers démonstratifs, Suburra laisse au final la sensation d’avoir assisté à une belle et convaincante démonstration que le cinéma européen, et plus précisément italien, peut encore délivrer des thriller incroyables de tension et de magnétisme.


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)