CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Sharknado 3 Oh Hell No!

 

 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , , , , , , ,
 
Genre: , , ,
 
Pays:
 
Durée: 90 minutes
 
Date de sortie: 22 février 2016
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
5 total ratings

 


0
Posted 22 février 2016 by

 
Full Article
 
 

Fin et April passent leurs vacances d’été en Floride. Pas de chance ! Cet état, habituellement ensoleillé, est détrempé par la pluie. Mais il y a pire : un Sharknado s’annonce… C’est toute la côte Est, d’Orlando à Washington, qui cette fois-ci sert de garde-manger aux requins volants. Fin et April vont devoir, une fois de plus, sortir le grand jeu…

L’avis de Quentin Tarantino:
Depuis King Kong de Merian Caldwell Cooper et Ernest Beaumont Schoedsack en 1933,  Les Dents de la Mer de Steven Spielberg ou encore Godzilla de Ishiro Honda, les films de monstres ont toujours su trouver un public fidèle. Les films mettant alors en scène des animaux marins ayant mutés de façons inattendues sont de plus en plus courant ces dernières années. Nous devons cela au très bon Piranha 3D de Alexandre Aja. Depuis de nombreuses productions auront tenté leurs chances avec des productions telles que Beach Shark, Avalanche Shark ou encore L’Attaque du requin à deux têtes.

Sharknado est en cela la saga relançant les séries Z caricaturales de très mauvais goût. Le film est pensé pour se divertir face à une production grotesque, fun et mise en scène de manière totalement incohérente. Inutile donc ici de chercher les faux raccords, ils seront intégrés au film de façon volontaire. Nous retrouvons donc ici la licence Sharknado pour un troisième opus. Après 2 opus se distinguant de manière assez marquées, un premier film avec un ton plutôt sérieux mais décomplexé et un second se permettant de plus grandes libertés amenant la série vers des productions nanardesques assumées.




sharknado3_cap1

C’est  avec l’héritage tout entier de ses aînés que Sharknado 3 va alors trouver toute sa force, toute sa puissance. Le film ne se préoccupe plus de présenter le phénomène de Sharknado étant de façon littérale une tornade de requin pur et simple. Ces derniers étant alors propulsés sur les côtes américaines et dévastant tout sur leur passage.
On retrouve le casting présent lors des deux précédents opus. Quelques nouveaux feront alors leur apparition tel qu’un certain : David Hasselhoff. Ce dernier devant certainement se trouver une certaine aisance dans ce cinéma de genre après une première apparition dans Pirahna 3DD.

Le troisième opus commence alors en pleine tempête à Washington lors de la cérémonie de remise de la tronçonneuse d’or. Cette cérémonie étant alors organisée pour féliciter le héros des deux premiers épisodes. Cette récompense faisant référence aux exploits passés de notre héros.
Le reste du film prend ainsi place au sein du parc d’attraction Universal d’Orlando.  La situation géographique où se déroule l’action est alors ici assez importante et jouissive. On y retrouve pléthore de requins rencontrant alors les plus grandes productions et références du cinéma actuel. Quel bonheur de retrouver toutes ces  belles références faites au films catastrophes des studios Universal , Les Dents de la Mer en tant que chef de fil.  L’hommage à Universal est assez intéressant sachant qu’ils auront développé les plus grandes licences de cinéma de monstres qu’il s’agisse de Dracula, Le Loup – Garou, Frankenstein ou encore La Créature du Lac.
Sharknado 3 trouve ainsi un rythme de croisière intéressant entre la création de sa propre mythologie et les références à un cinéma lui ayant permis de prendre vie.
Le film offre donc à son public ce qu’il attend :

  • Des citations cultes
  • Des personnages totalement décérébrés
  • Du sang par seau de 100 litres.
  • Des situations totalement inattendues.

Ainsi, le film recèle des scènes anthologiques mêlant des scènes gores à souhait et un humour laissant parfois à désirer mais fidèle à ce genre cinématographique. Néanmoins le film se perd parfois dans la surenchère de ses idées. A force de vouloir trop en mettre, le spectacle peut alors devenir lassant ou parfois même tout simplement incompréhensible. Le réalisateur ayant alors eu trop d’idées a certainement  voulu trop en faire. Ce qui constitue la plus grande faiblesse du film. Le film se noie alors dans toue cette surenchère d’action allant parfois trop loin en un seul métrage.
Contrairement au second opus, Sharknado 3 ne sait pas s’arrêter et garder des idées pour son successeur.
Pour certains, la faiblesse technique des effets spéciaux pourrait s’avérer rédhibitoire. Cependant, le genre cinématographique se voulant être une parodie assumée du cinéma de série Z , ces derniers sont alors tout à fait acceptables.

Pour conclure, Sharknado 3 Oh Hell No!, est une production tout à fait honnête pour le genre. Il dispose de toutes les qualités attendues pour une production de ce genre. Il est en cela au dessus de bien des productions telles que MegaShark vs Giant Octopus, Ghost Shark ou encore Sharktopus. Cependant le film souffre d’une surenchère d’idées ne permettant ainsi pas la totale exploitation de chacune de ces dernières. Où nous mènera le futur Sharknado 4, sur quel terrain s’aventurera t-il après avoir adopté toutes les situations possibles et imaginables ?
Ainsi, comme le disent nos amis québécois : Il ne faut pas injurier la maman-requin avant d’avoir traversé l’eau !


Umungus

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)