CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Party Girl

 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
3 total ratings

 


0
Posted 3 septembre 2014 by

 
Full Article
 
 

Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle. Un jour, il lui propose de l’épouser. 

L’avis de Manu Yvernault : 

Party Girl c’est avant tout un choix radical de traitement. Celui d’un cinéma-vérité qui renvoie directement à ce qu’ont pu faire Cassavetes, voire Pialat. Basé sur un scénario inspiré de la vraie vie de son héroïne, Angélique Litzenburger, Party Girl narre la tentative de passage d’une vie à une autre.

A l’aube de ses 60 ans, Angélique décide de changer de vie, laisser derrière elle ce passé fait de nuits blanches à travailler dans les cabarets, à séduire les hommes. Les trois coréalisateurs (dont le fils de l’actrice principale) ont pour cela décidé de laisser une grande part à l’improvisation. A ce titre, le film qui semble être tourné dans sa continuité reflète ce procédé.

party girl 01




Si on semble encore tâtonner dans l’interprétation lors des premières séquences, cette sensation disparaît très vite pour laisser place à un docu-fiction proche d’un néo-réalisme hyper prenant. Les acteurs, entre non-comédiens, et vrais membres de la famille de l’actrice et d’un des réalisateurs, donnent dans une juste mesure la force nécessaire aux personnages qu’ils interprètent. Et si l’improvisation tient une place importante tout au long de l’histoire, la justesse des dialogues et de la narration cadrent l’ensemble dans un récit à la touche dramatique envoûtante.

La réalisation, elle, plutôt banale et répétitive (cadres serrés et peu justifiés) n’égratigne en rien la force d’un récit qui ne souffre jamais d’une curiosité déplacée. Les coréalisateurs évitent ainsi de poser un regard stéréotypé avec un penchant populaire. Là où Angélique concentre les forces du film c’est dans sa propension à nous parler du désir et de la liberté ; la sienne comme celle des membres de sa famille, avec pour lien, le mariage qui finalement réunira plus de deux êtres.

party girl 02

Ce portrait de femme à  l’accent vérité finit donc par nous toucher et évite la principale faute dans laquelle ce genre de récit peut plonger, celle du voyeurisme. La conséquence d’une interprétation laissée libre, en grande majorité par des scènes où l’improvisation est l’articulation majeure. Si certaines erreurs ne sont pas évitées (une empathie trop présente par certains moments), Party Girl livre une jolie proposition de cinéma, différente et dans la continuité de ce que certains grands réalisateurs avaient déjà fait. A défaut d’être au même niveau, nous sommes loin d’une copie factice et l’essai vaut d’être salué par les accents de vérité et les notes touchantes que le film et surtout Angélique Litzenburger nous donnent avec générosité.

party girl 03


Yanick Ruf

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)