CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Ouvert 24/7

 

 
Overview
 

Genre:
 
Titre Original: Ouvert 24/7
 
Durée: 97
 
Date de sortie: 02-11-2010
 
Realisateur: Thierry Paya
 
Acteur: Maud galet-lalande,Stéphanie Kern Siebering,Marie-Pierre Vincent
 
Pays: France
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
3 total ratings

 


0
Posted 26 octobre 2010 by

 
Full Article
 
 

Dans un vieux restaurant routier, la désinvolture se glisse lentement entre la bière et la choucroute posée sur le comptoir. Pour distraire ses deux clients, assis de l’autre côté du zinc, la serveuse propose de raconter une histoire. Puis chacun leur tour, les deux hommes se prêteront à l’exercice du conte.

 

 

 

dvd247-2_resize


Spécifications du DVD :


  • Making of : Question de goût (21 minutes)
  • Règlement de contes (33 minutes)
  • Wenn’Sie Am Stadt Komme (27 minutes)
  • Fil conducteur (9 minutes)
  • Tournage des effets spéciaux (16 minutes)
  • Interview Maud Galet-Lalande et Thierry Paya (17 minutes)
  • Court métrage Jogging
  • Bande-annonce

 


Avis de Rachel et Stéphane :


Ouvert 24/7 est le premier long métrage de Thierry Paya et également le 1er film produit par la société ‘Singapour 1939 Productions’.
Le réalisateur s’est associé au jeune scénariste Colin Vettier pour créer Ouvert 24/7 qui représente leur seconde collaboration après un court métrage de genre fantastique de 6 minutes intitulé Jogging.


Cinéphiles et fans de films de genre, ils rendent hommage à travers Ouvert 24/7 au cinéma des années 80 et surtout aux films à sketches tels Creepshow.



Avec un budget limité, ce film est entièrement réalisé par des bénévoles. On pourrait croire qu’il souffre de ce manque d’argent mais il n’en est rien. Au contraire.

Il bénéficie d’une bande son assez impressionnante dont la performance exceptionnelle de la chanteuse Michelle Young nous ravit. Cette dernière joue d’ailleurs le rôle d’une clocharde dans le 2ème volet et prête sa voix à Maud Galet-Lalande dans le 3ème volet sous les traits de Marina Moon.


La star nationale des SFX français David Scherer, déjà présent sur Lady Blood, fait aussi partie de l’aventure et a officié sur le plateau en injectant des litres d’hémoglobines et de latex, en coupant des doigts et des membres; petits plaisirs auxquels il s’adonne avec joie.

Ensuite la bonne surprise de fin est de voir Lloyd Kaufman, figure emblématique du cinéma indépendant américain, se prêter à se singer lui-même.

Un fil directeur nous conduit à 3 histoires. Ces 3 histoires ont un point commun car elles sont des histoires de société. L’horreur n’est pas le point fondamental mais vient rajouter une couche à des problèmes de société déjà existants.

 



–    la 1ère intitulée Question de goût, montre un couple de lesbiennes cannibales en proie à des difficultés domestiques. Ces deux jeunes femmes, indépendamment du fait de leur étrange habitude alimentaire et culinaire doivent faire face à une crise dans un couple comptant une dominante et une dominée. Quand la dominée se rebiffe, la dominante est prête à passer un sale quart d’heure.

Même si les séquences sont sanglantes, la « dominatrice » met en avant le regard glacial que des personnes peuvent porter envers la société et autrui. Sans compassion, Maud Galet-Lalande évoque le côté sombre que porte chaque être  humain en lui. Elle mélange à la fois la beauté et la cruauté telle une sirène. attirant les hommes puis les tuant. On pourrait d’ailleurs utiliser une citation de Friedrich Nietzsche qui résumerait une partie de ce sketch :


La vie elle-même est essentiellement appropriation, agression, assujettissement de ce qui est étranger et plus faible, oppression, dureté, imposition de ses propres forces, incorporation, et, tout au moins, exploitation.

 


–    La 2ème intitulée  Règlement de contes montre une ogresse mangeuse de petits enfants. Le prix qu’elle paie pour obtenir la jeunesse éternelle est lourd. Cette histoire est réalisée sous forme de conte en introduisant une scène de marionnettes présentant une princesse.

Cette 2ème partie est sans doute la plus décalée de toutes car elle se situe dans le milieu des contes. On y trouve des références à Tex Avery, aux Monthy Python mais aussi font et surtout références aux contes de Perrault et des frères Grimm. Thierry Paya utilise l’humour noir comme une arme afin de montrer sa vision des contes.

 

 


–    la 3 ème intitulée Wenn’se in’d stadt komme nous place dans une ferme située près de la frontière allemande où deux filles vivent avec leur père, sinistre individu qui n’hésitent pas à les malmener et les violenter. Ces jeunes filles parlent le Platt, patois, et rêvent de jours meilleurs. Lorsqu’elles réussissent enfin à se débarrasser de leur père, Greta et Annette s’échappent de la ferme pour se rendre an ville afin de voir le spectacle de la célèbre Marina Moon, digne des comédies de Broadway.

C’est sans doute le sketch le plus difficile et le plus sombre mais en même temps le plus onirique avec sa séquence finale dans le théâtre. C’est sans doute dans celui-ci que le spectateur se retrouve le plus en ayant de la compassion pour les deux personnages principaux.

Certains acteurs nous interpellent plus que d’autres. En voici deux exemples.
On citera tout d’abord l’excellente double prestation de Stéphanie Kern-Siebering qui joue à la fois le rôle de Delphine dans Question de goût et de Greta, la grande sœur dans le 3ème volet. Elle est tellement méconnaissable dans ces 2 rôles que nous avons eu d’ailleurs du mal de la reconnaître lorsque nous lui avons parlé après la première. Son visage semblait familier mais quelque chose nous dérangeait. En effet elle avait les cheveux longs et lissés alors qu’à l’écran elle était frisée et totalement transformée.

Ensuite on notera la prestation de Marie-Pierre Vincent dans le rôle de l’ogresse qui dès les premiers plans arrivent à nous intégrer dans son univers sombre et à la fois magique.

 

 

 

 

Le réalisateur Thierry Paya ne recule devant une concession ni aucun tabou. Il n’a aucun mal à montrer le sexe d’un homme en train d’uriner, un homme se faisant émasculer, un paysan « niquer » une poule au sens littéral du terme, ni de montrer deux lesbiennes en train de faire l’amour. Il va loin et ose montrer la pédophilie, zoophilie, inceste. La religion en prend aussi pour son grade lorsque l’on voit un curé ‘s’intéresser’ de près aux jeunes filles fragiles…

Un gros travail a été fait concernant les décors et la chef décoratrice Shirley Swiatoka y est pour quelque chose.
En effet une bonne partie des scènes d’intérieur ont été tournées dans une même salle du cinéma Le palace de Hayange.

 

On passe donc un bon moment devant Ouvert 24/7. Paya, souvent appelé par ses amis, ‘le petit homme à casquette’, montre qu’il a les capacités d’un réalisateur.

Le film pourrait certes être amélioré mais les idées sont là et elles sont plutôt bien amenées.  Thierry Paya montre qu’avec de la passion et un bon scénario, il est possible de faire des prouesses. Chaque plan et chaque effet sont minutieusement réglés afin de satisfaire le spectateur. Il préfère montrer beaucoup  de choses telles les séquences sanglantes mais laisse toujours au spectateur le libre arbitre de l’opinion en s’affranchissant de  la frontière entre le bien et le mal. Il utilise cette fragilité avec intelligence afin de permettre au public de réfléchir sur chaque sketch et sur les messages qu’il a transmis par leur intermédiaire.


Avec toutes les qualités de son long métrage, il a facilement démontré  qu’une grande carrière s’ouvre maintenant à Monsieur Paya et nous attendons avec une impatience non contenue ses prochains projets.


Les films de genre français sont rares et les films de genre entièrement mosellans le sont encore plus. Pour une fois que quelque chose de bien se passe chez ou près de chez nous, on en redemande.

On espère une belle percée du film ‘Ouvert 24/7’ et on lui souhaite beaucoup de succès.
En tout cas, après avoir fait sa promo sur le net, le public a répondu présent lors des 2 séances de la première du film.

 

 

 

Au niveau du DVD :


Making of :


Question de goût avec les interviews de Fabrice Colombero, Maud Galet-Lalande et Stéphanie Kern Siebering

 

 

bonusouvert247-3

bonusouvert247-4



Règlement de contes avec les interviews de Amélie Christophe, Guillaume Colson, Eric Marciano, Bertrand Patrzek, Marie-Pierre Vincent

 

bonusouvert247-5

bonusouvert247-6





 

 

Wenn’Sie Am Stadt Komme avec les interviews de Galet-Lalande, Morgane Housset, Stéphanie Kern Siebering, Aude Pâris, Bertrand Patrzek

 

bonusouvert247-7

bonusouvert247-8

 


Fil conducteur

 

bonusouvert247-9

bonusouvert247-10



Tournage des effets spéciaux

 

bonusouvert247-11

bonusouvert247-12

 


Notre avis : 


Il est rare de trouver sur les DVD de vrais making of. Souvent, c’est l’aspect marketing qui est retenu. Ici,  l’équipe de Ouvert 24/7 propose aussi bien des interviews que des images du tournage. Les acteurs répondent aux questions, osent se lâcher ouvertement ce qui ne sera pas pour déplaire aux spectateurs. En effet, alors que dans beaucoup de DVD, il est de rigueur d’être trop sérieux et de se limiter à un texte déjà écrit d’avance, les acteurs de Ouvert 24/7  n’hésitent pas à raconter ce qu’ils pensent réellement tout en osant l’ironie et l’humour de sorte qu’ils parviennent à nous faire rire.

En regardant chaque partie du making of, le spectateur comprendra ainsi « l’envers du décor » de cette réalisation.

N’oublions pas les parties qui concernent les effets spéciaux avec le travail considérable de David Scherer.


Alors que bien souvent nous nous ennuyons en visionnant des bonus, nous sommes heureux de changer d’avis après avoir vu ces suppléments.




Interview Maud Galet-Lalande et Thierry Paya

 

bonusouvert247-13

bonusouvert247-19



Notre avis :


Cette partie interview a été faite spécialement pour le DVD. Ce sont le réalisateur Thierry Paya (avec des lunettes noires) et l’actrice Maud Galet-Lalande qui répondent à des questions sur le film. Ils arrivent à être complémentaires dans leurs réponses. Dès le départ, le duo joue un mélange entre l’ironie et le sérieux donnant aux spectateurs l’envie de continuer à regarder l’interview jusqu’à la fin. D’ailleurs nous pouvons voir que les réponses et les attitudes n’étaient pas préparées à l’avance (pour notre plus grand plaisir) en voyant que  Maud Galet-Lalande rie et a un regard noir sur certains commentaires « ironiques » de Thierry.


Encore une fois le bonus est très réussi et d’autres films plus commerciaux devraient essayer de faire la même chose.

 

 

Jogging

 

bonusouvert247-15

bonusouvert247-16

 

 

Notre avis :


Un bon court métrage au niveau des prises de vues et avec une bonne intrigue. Celà révéle déjà le talent de Maud Galet-Lalande sous la direction de Thierry Paya.



Le menu du DVD

 

 

bonusouvert247-1

bonusouvert247-2

bonusouvert247-17

 

 

C’est donc un excellent DVD que nous ne pouvons que vous recommander. Le film est superbe et les bonus du DVD sont exemplaires. De plus, c’est un film de genre Français qui mérite d’être connu.

 

 

 


zast

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)