CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Miss Peregrine et les enfants particuliers : le test blu-ray

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre: ,
 
Pays: , ,
 
Titre Original: Miss Peregrine's Home For Peculiar Children
 
Durée: 127 min
 
Date de sortie: 05/10/2016 (salle) - 08/02/2017 (vidéo)
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
2 total ratings

 


0
Posted 20 février 2017 by

 
Full Article
 
 

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

Avis de Fabien

Après une série de films peu convaincants (Alice au pays des merveilles, Dark Shadows, Big Eyes) Tim Burton revient en forme avec l’adaptation d’un best-seller young adult, Miss Peregrine et les enfants particuliers.

Le réalisateur d’Edward aux mains d’argent a trouvé matière, dans le matériau littéraire de Ramson Riggs, à développer dans son nouveau-long métrage fantastique ses obsessions, les marginaux incompris, le pouvoir de l’imaginaire et à décliner ses motifs favoris, les squelettes, la fête foraine, les grands yeux…

Edward Scissorhands, figure inoubliable entre innocence et monstruosité vivant reclus dans un château gothique, est évidemment un parent de ces enfants particuliers, petit groupe attachant de freaks dotés de superpouvoirs protégés par une maîtresse fée (Burton a baptisé le personnage d’Eva Green « Scary Poppins ») dans un vieil orphelinat. On pense bien sûr aussi aux créations burtoniennes du formidable recueil poétique La triste fin du petit enfant huître et autres histoires, enfants dotés de pouvoirs vécus comme une affliction. Les petits êtres singuliers créés par Ramson Riggs  sont condamnés à revivre éternellement la même journée de 1943, jusqu’au bombardement suspendu de leur manoir.

Riche en boucles temporelles et récits parallèles, Miss Peregrine joue brillamment avec la  porosité des univers où se côtoient la réalité et le fantastique, la banalité et la féerie mais aussi l’innocence et la terreur (les monstres invisibles et les méchants menés par Samuel L.Jackson qui veulent maîtriser le temps). Dans un geste burtonien, le film exalte le pouvoir de l’imaginaire, comme antidote à un quotidien morose (un décor californien aseptisé  et des parents sans personnalité) et tragique (la guerre).

missperegrinephoto1

Eva Green, créature burtonnienne idéale avec cette étrange séduction inimitable, est la guide idéale pour plonger dans cette aventure fantastique trépidante. Les jeunes acteurs ont été bien castés; Samuel L.Jackson en fait des tonnes, personnage de bad guy grand-guignolesque rappelant Beetlejuice.




Si le dernier acte est plus faiblard avec un affrontement conventionnel entre les héros et les forces du mal de nos jours où Burton obéit aux règles du grand spectacle hollywoodien avec florilège d’images de synthèse sur fond de musique techno (un curieux combat avec des squelettes numériques en hommage à Ray Harryhausen, cité plus tôt dans le film avec une amusante scène en stop motion), Miss Peregrine est une histoire très plaisante à suivre, avec multiplicité de boucles temporelles et des personnages attachants, un conte noir très réussi où Tim Burton a réussi à marier son univers avec celui du livre. On est certes loin de la singulière poésie macabre de la première partie de sa carrière (de la fin des années 80 à celle des années 90) mais ce nouveau film de Tim Burton témoigne d’une belle vitalité retrouvée après une série de films peu inspirés.

Technique

Fruit d’une masterisation en 4K (captation en 2.8K), les images de Miss Peregrine sont très lumineuses, colorées et offrent de nombreux détails grâce à un piqué de haute volée. Le beau travail du chef op Bruno Delbonnel (Big Eyes, Dark Shadows, Le fabuleux destin d’Amélie Poulain) est ainsi mis en valeur dans cette merveilleuse image HD.

La piste VOST DTS-HD Master Audio 7.1 s’impose par son ampleur et sa précision, la VF et son DTS standard 5.1 étant en retrait par rapport à la VO où musique, effets et voix sont mixés idéalement pour entrer dans la magie de ce nouveau Tim Burton.

Bonus

Cette édition blu-ray Fox comprend de nombreuses featurettes pour prolonger l’expérience du film Miss Peregrine et les enfants particuliers.

La featurette Une histoire particulière (13′) décrit, à renfort d’interviews et d’images du tournage, le travail d’adaptation du roman de Ramson Riggs par la scénariste Jane Goldman et le réalisateur Tim Burton dont la sensibilité pour l’étrange est raccord avec l’univers de l’auteur de ce Miss Peregrine. Sont également rapidement passés en revue, le visuel, les costumes, la musique et le décor de la maison gothique situé en Belgique.

Des enfants particuliers (65′) constitue une présentation fouillée des personnages, 15 portraits dont celui de Miss Peregrine, « une sorte de Mary Poppins effrayante » pour son réalisateur dont c’est la deuxième collaboration, après Dark Shadows, avec  l’excellente Eva Green.

Les Sépulcreux et les ex-Sépulcreux (9′) est consacré aux méchants et créatures effrayantes du film.

La carte des boucles temporelles (18′) permet d’en savoir un peu plus sur les coulisses du superbe décor de la maison, trouvée du côté d’Anvers en Belgique et sur les effets spéciaux déployés lors du dernier acte situé dans une fête foraine à Blackpool en Angeleterre où interviennent des squelettes inspirés de Jason et les argonautes dont Tim Burton  est fan.

La section des suppléments comprend également un clip vidéo (2′) de la chanson du générique de fin du film  et 2 galeries avec photos du film (1′) et surtout des croquis préparatoires signés Tim Burton (1′).


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)