CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Mais Vous Êtes Fous : Test DVD

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: ,
 
Genre:
 
Pays:
 
Durée: 95 minutes
 
Date de sortie: 2019 Date de sortie du DVD : 04/09/2019
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 4 septembre 2019 by

 
Full Article
 
 

Synopsis : Roman aime Camille, autant qu’il aime ses deux filles. Mais il cache à tous un grave problème d’addiction, qui pourrait mettre en péril ce qu’il a de plus cher. L’amour a-t-il une chance quand la confiance est rompue?

Wild Side, pour cette rentrée 2019, choisit de sortir à la fois en VOD mais également DVD, un film discret à sa sortie, en avril dernier : Mais Vous Êtes Fous. Le film de Audrey Diwan s’inspire d’une histoire vraie, portée à l’écran sous les traits de Pio Marmaï et Céline Sallette, contant le récit d’une famille détruite lorsqu’elle découvre l’addiction à la cocaïne du père de famille.

Notre article sur l’édition DVD du film se divisera en deux parties :

I) La critique de Mais Vous Êtes Fous

II) Les caractéristiques de l’édition DVD

I) La critique de Mais Vous Êtes Fous

Pour ce premier film, la réalisatrice française propose l’étude d’une famille allant de sa quintessence jusqu’à sa destruction. Elle dessine une famille idyllique, prenant le temps d’installer le moindre des personnages et leur complexité que cela soit le père, la mère, les deux petites filles mais également les grands-parents maternels. Le film a une manière singulière de façonner ses protagonistes pour ensuite les faire entrer dans une gigantesque machinerie où les réflexions et interactions de tout un chacun peuvent faire découler un drame qui, tapi dans le noir, attendait le moment idéal pour surgir.




L’addiction à la cocaïne du père est une épée de Damoclès qui chaque jour s’alourdit devenant impossible à éviter. La caméra nous met du point de vue de cet homme aimant. Il est un bon père pour ses filles, un mari attentionné ainsi qu’un gendre attentif. Néanmoins le secret qu’il cache depuis de trop nombreuses années, de plus en plus envahissant ne peut que prendre l’ascendant sur sa vie de famille. Le long-métrage métrage saisit les enjeux des addictions et les met en parallèle avec d’une part l’amour et de l’autre la drogue. Un amour vital pour exister, la drogue pour subsister. La mise en scène de manière fine sait nous montrer le besoin constant d’augmenter les doses lors de prises répétées sur plusieurs années, afin de pouvoir ressentir les effets de cette dernière. Le corps s’habitue et demande toujours plus poussant les deux vies à se toucher.

C’est dès la collision entre ces deux sphères que le talent de la réalisatrice transparaît. Elle nous saisit à cet instant précis et ne lâche plus un instant la pression qu’elle exerce sur le spectateur dévoilant de nombreuses réalités, avenirs s’ouvrant sous les pieds de cette famille qui implose. Le père de famille qui consomme bien trop de cocaïne a fait risquer une overdose à une de ses filles. On y étudie tout d’abord la réaction d’une mère déchirée se battant de toutes ses forces pour la garde de ses filles; d’une épouse face à la révélation d’un mari qu’elle ne connaît pas, plus; d’une femme souhaitant conserver sa famille malgré l’avis de ses amis, de son avocate mais également de sa famille. Une vision vertigineuse qui malgré tout n’entache pas notre attachement pour cet époux résigné qui ne souhaite pas faire de vagues afin d’épargner le peu de structure stable à sa famille. Une multitude de chemins, de résolutions se présentent laissant le spectateur prisonnier de sa conteuse, Audrey Diwan.

Le long-métrage décortique également les doutes que peuvent émettre cette situation pour la reconstruction d’un couple, d’une famille. Les questions ne cessent d’émerger chez une femme devant de nouveau faire confiance. Comment réussir à reprendre une vie normale lorsque la personne la plus importante à nos yeux peut mettre en risque la quiétude de toute une famille ? De l’impossibilité de faire confiance, la caméra tourne, mêle, donnant la voix à cette femme nouveau personnage principal et complexe, ouvrant le chemin à un amour devenu impossible, une relation cannibale.

Cette première réalisation d’Audrey Diwan révèle à la fois une réalisatrice et scénariste talentueuse. Elle est parvenue avec Mais Vous Êtes Fous à apporter sa personnalité à la réalisation dans un style dramatique qui parvient à trouver une lueur essentielle permettant de ne pas faire basculer le film dans une approche sordide, misérabiliste. Une recherche du bonheur qui se construit à plusieurs dans une quête d’honnêteté et de sincérité.

Mais Vous Êtes Fous est cette proposition française que l’on ne soupçonnait pas et qui nous surprend. Un conte sur l’amour et l’addiction qui restera en mémoire de par sa finesse et sa tendresse. Une oeuvre qui dessine le futur d’une réalisatrice française passionnante, qui façonne un nouvel aspect de la carrière de Pio Marmaï et porte à la grâce Céline Sallette.

II) Les caractéristiques techniques de l’édition DVD

Image :

L’édition DVD proposée par Wild Side est une réussite faisant honneur à son support. Bien que faiblard sur ses génériques d’introduction et de conclusion, faisant craindre une mauvaise restitution de l’oeuvre, cette édition du film a tout pour réjouir. Le master parvient à être stable sur l’entièreté du film, réussissant à parfaitement maîtriser les scènes obscures, offrant de beaux contrastes tout comme une colorimétrie au point. Le piqué quant à lui est bien plus que satisfaisant offrant de beaux reliefs aux visages, laissant les émotions transparaître avec grâce.

Note image : 4/5

Son :

Mais Vous Êtes Fous possède deux pistes pour découvrir la réalisation de Audrey Diwan avec d’une part une piste 5.1 et une piste 2.0.

La piste 5.1 se verra offrir un bel accueil par votre home cinema grâce à une bande originale saisissante permettant de nous emprisonner dans la tourmente du film. On se sent littéralement entouré par cette pression qui ne cesse de monter jusqu’à explosion. De plus, l’équilibre entre les voix et les effets sonores est correctement calibré pour parvenir à se laisser porter par l’oeuvre sans tendre l’oreille. Néanmoins, à de rares reprises lorsque Pio Marmaï parle à voix basse, il est difficile de saisir le discours de manière complète. Une piste réussie.

La piste 2.0 s’adresse aux personnes ne possédant pas d’installations home cinema. Le constat est similaire à la piste 5.1, à l’exception que la sonorisation n’englobe pas les spectateurs de manière aussi réussie. Une piste honnête qui réussit à séduire également.

Note son : 3,5/5

Suppléments :

Wild Side pour permettre à ses spectateurs de continuer à explorer l’ambiance du film propose deux bonus :

  • Rencontre avec Pio Marmaï et Céline Sallette : Une tête à tête intrigant nous contant la rencontre des acteurs principaux avec la réalisatrice et les raisons les ayant poussé à accepter le rôle. Une analyse de l’oeuvre est également proposée laissant entrevoir une belle complicité par le duo d’acteurs. Un supplément charmant permettant à l’aura si singulière du film de perdurer.
  • Entretien avec la réalisatrice, Audrey Diwan : La réalisatrice durant une vingtaine de minutes, revient sur le film de ses prémisses jusqu’à sa finalisation. Elle propose de découvrir le fait divers à l’origine du film mais également ses nombreuses interrogations durant la totalité de la conception de l’oeuvre. Elle nous parle de l’ambiance sur le plateau jusqu’au choix des acteurs en passant par la manière de filmer les scènes. Un entretien pertinent qui donne à voir les coulisses fascinantes de Mais Vous Êtes Fous.

Note Suppléments : 4/5


Quentin Tarantino

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)