CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

le geant de Metropolis

 

 
Overview
 

Genre:
 
Titre Original: Il Gigante di Metropolis
 
Durée: 85
 
Realisateur: Umberto Scarpelli
 
Acteur: Gordon Mitchell,Bella Cortez,Ronaldo Lupi
 
Pays: Italie
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
19 total ratings

 


0
Posted 1 octobre 2008 by

 
Full Article
 
 

Il y a plus de 20 000 ans, sur le mystérieux continent de l’Atlantide, le Roi Yotar de la cité de Métropolis manipule les forces de la nature pour régner sur la planète. Le courageux Obro, envoyé pour mettre en garde Yotar des conséquences cataclysmiques de ses expérimentations, est capturé par le monarque qui se sert de lui pour tester ses recherches sur l’immortalité. Sauvé par la reine Texear, et accompagné de la princesse Meceda, Obro va semer la rébellion contre le tyran…

 

Présentation :

Ah l’Italie ! Sa tour de Pise, ses Fiat 500, ses vespas, ses fameuses pasta, son mascarpone, son lambrusco, ses bodybuilders en jupettes…

Ben oui ma bonne dame, dans les années 50/60, on croisait fréquemment de bien musculeux héros (prénommés Hercule ou Maciste pour les plus connus) du côté de Cinecittà…

Des acteurs américains au physique impressionnant traversaient l’Atlantique pour incarner ces surhommes invincibles, le plus emblématique étant bien entendu Steve Reeves dans « Les Travaux d’Hercule » ou « La Bataille de Marathon ».

Sortis cet été, les 7 DVD « double programme » de l’éditeur SNC/M6 Vidéo choisissent de mettre en avant des films beaucoup moins connus du grand public, pour la plupart des petites productions (oubliez de suite la comparaison avec Hollywood, ces honorables bandes transalpines devant grosso modo accumuler le budget sandalettes de la 1ère heure de « Ben- Hur »…) dont les titres ne manquent pas de piquer la curiosité…

Voici donc pèle mêle les différents diptyques, les 2 films étant donc à chaque fois réunis sur un seul disque :

  • « Maciste en enfer » / « Maciste dans les mines du roi Salomon »

  • « Erik le Viking » / « Hercule contre les tyrans de Babylone »

  • « Maciste contre Zorro » / « Zorro au service de la Reine »

  • « El Kébir fils de Cléopâtre » / « Joseph vendu par ses frères »

  • « Catherine de Russie » / « La Charge des Cosaques »

  • « L’Esclave de l’Orient » / « Samoa reine de la jungle » (avec la sublimissime Edwige Fenech !)

 

 

 

Le dernier « duo » comprend les énigmatiques « Le Géant de Métropolis » et « La Terreur des Kirghiz »

 

 

 




 

L’avis d’Alex :

 

Très étrange film que ce « Géant de Métropolis »…

 

S’appuyant sur le mythe de l’Atlantide (avec quelques légères références -vu le titre- au classique de Fritz Lang), le spectacle est carrément plus proche d’une œuvre de SF que d’un péplum traditionnel !

Le film de Umberto Scarpelli nous propose ainsi de chouettes décors futuristes, certes peu nombreux et en carton-pâte, mais tout de même les portes s’ouvrent et se ferment automatiquement au passage des acteurs (ah…la magie du cinéma !)

 

 

Au niveau des costumes, on est également gâté, le roi Yotar et ses sbires étant affublés de costumes haut en couleurs (c’est rien de le dire), à savoir longues robes et bonnets du plus bel effet, qui ne dépareilleraient pas dans un épisode de « Star Trek » !

 

 

Néanmoins, rassurez-vous mesdames (ou messieurs d’ailleurs), puisque notre culturiste de service, Gordon Mitchell, exhibe ses attributs vir…euh enfin sa musculature saillante tout au long du métrage, uniquement « vêtu » d’une courte jupette ! Heureusement que le casting féminin affiche des robes suffisamment sexy, histoire d’équilibrer (un peu) la balance !!!

 

Métropolis, cité futuriste

 

Du côté du jeu, Mitchell, ici à ses débuts, ne se montre pas encore très à l’aise (mine constamment figée), mais les autres interprètes sont plutôt bons et Bella Cortez (la princesse Meceda) porte bien son prénom…

 

Collection automne-hiver pour le roi…

 

« Le Géant de Métropolis » traite d’un thème toujours actuel (les dérives de la science), mais en s’épanchant trop lourdement à mon goût sur l’aspect « punition divine » lors de sa conclusion, par ailleurs un peu longuette…

 

…et été caniculaire pour la reine !

 

Il s’avère toutefois plaisant à suivre car il place la figure du héros à la force herculéenne dans un cadre insolite, et la musique d’Armando Trovajoli apporte une indéniable touche « surréaliste » et fantastique à ce « Géant ».

 

 
Expérimentations contre-nature
 
L’âme damnée de Yotar
 
Gordon Mitchell en fâcheuse posture…
 
Bella Cortez, princesse latino
 
Notre héros affronte Chewbaca…
 
…puis les 7 nains!
 

 

 

 


zast

 


0 Comments


  1.  
    Umungus

    Ca m’a l’air bien sympa ce nanar! 🙂





Leave a Response


(required)