CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

La Rivière De Nos Amours : Test Blu-ray

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: ,
 
Genre:
 
Pays:
 
Titre Original: The Indian Fighter
 
Durée: 88 minutes
 
Date de sortie: 6 Juin 1956 Date de sortie Mediabook Blu-ray/DVD : 24/07/2019
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 1 août 2019 by

 
Full Article
 
 

Wild Side revient en plein été pour nous rappeler le bienfait des vacances au bout milieu des grands espaces américains, à laisser flotter nos pieds dans de pures et cristallines rivières, ouvrant les corps à la chaleur de l’été en nous proposant La Rivière De Nos Amours réalisé par André De Toth. Réputé pour ces westerns, et bien trop souvent catégorisé de cinéaste de seconde zone, le réalisateur d’origine hongroise une fois arrivé sur les terres de l’oncle Sam s’est entouré des meilleurs équipes pour défendre ses projets cinématographiques. Il a ainsi tourné avec Michael Caine (Enfants de Salauds), Gary Cooper ( La Mission Du Commandant Lex), ou encore pour le film qui nous intéresse : Kirk Douglas. En route pour le Far West !

Cet article autour de l’édition Mediabook de La Rivière de Nos Amours se divisera en deux parties :

I) La critique de La Rivière De Nos Amours

II) Les caractéristiques techniques de l’édition Médiabook

L’avis de Quentin :

I) La critique de La Rivière De Nos Amours




André De Toth, avec La Rivière De Nos Amours, réalise un film atypique jouant à la fois sur les codes classiques et bien ancrés des westerns américains, tout en y apposant une lecture singulière. Il ne s’amuse pas à dépeindre une conquête de l’Ouest opposant les gentils, les colons américains, et les méchants, les indiens. Bien au contraire, il dépasse l’approche conventionnelle du genre pour offrir un point de vue original, les difficultés communicationnelles et culturelles entre les deux peuples. De plus, il porte beaucoup plus de sympathie dans son regard de cinéaste vers les indiens plutôt que vers les colons.

Il y reviendra autour du concept tout au long du film, opposant constamment ses portraits, ses personnages afin de montrer la quasi impossibilité d’entente entre les autochtones  et les conquérants. Ces oppositions tiendront au rapport à la nature, aux sanctions à prendre pour les malfrats ou encore le rapport aux liaisons amoureuses. Dans cette confrontation de deux civilisations, le personnage incarné par Kirk Douglas, joue un rôle de passeur, un personnage sachant faire jouer en son avantage ses congénères colonisateurs mais réussissant également à entrer dans des phases de négociations, de discutions avec les indiens. Il parvient même à se mêler à ces derniers, comme membre à part entière.

Néanmoins, au delà de tout son savoir faire, il ne parvient pas à échapper à l’amour, le loup solitaire tombant sous le charme d’une jeune indienne. La situation se complique alors. La mise en scène parvient à saisir la notion de liberté liée à la solitude et la complexité d’intégrer le groupe, de se lier à d’autres individus, forçant l’homme à faire des choix, à se diriger vers une ligne de vie, une famille. Cette approche est d’ailleurs très intéressante, De Toth, nous permet de découvrir le personnage libre de toutes relations, excepté celles d’intérêts, jusqu’à ce qu’un lien sentimental, émotionnel ne se tisse avec un autre personnage, c’est ici que les ennuis commencent.

Le film est tourné dans une nature merveilleuse, en Oregon, se posant comme dernier rempart pour le peuple indien. On parvient à pleinement ressentir cette connexion entre les éléments de mère nature et de ces autochtones. Nous prenons plaisir à découvrir les différents lieux de tournage, et lorsque nous arrivons en ville, nous ne demandons qu’une chose repartir pour les étendues sauvages.

Cependant, le film, plusieurs décennies plus tard, pose problème dans son message et sa façon de traiter les femmes. Il peut à la fois dénoncer le mauvais traitement réservé au sexe féminin tout comme devenir un œil complice, pervers dans les rapports violents entre les genres. Ainsi notre personnage principal ira séduire sa promise indienne en la poursuivant, la harcelant, l’embrassant de force ou bien même en lui saisissant sa chevelure pour la soumettre et obtenir un « véritable » baiser de sa part. Ce qui perturbe d’autant plus dans le traitement des femmes, et cette manière qu’a le personnage principal de modifier son approche, toujours machiste, qu’il s’agisse d’une autochtone ou d’une colon. De la sorte, la jeune femme indienne, ne fait que subir des témoignages de violence de la part du personnage campé par Kirk Douglas, jusqu’à l’acceptation, forcée, de s’ouvrir à lui. Une vision difficilement concevable de l’amour et du traitement de son prochain, en 2019, tout comme à la sortie du film, certainement.

Malgré ses imperfections, l’histoire que nous conte André De Toth est correctement ficelée et bénéficie surtout d’une impressionnante scène de bataille finale faisant entrer La Rivière De Nos Amours, dans la cour des grands. Un affrontement orchestré avec brio ayant une grâce d’une finesse appréciable.

Enfin la bande originale composée par Franz Waxman, ayant déjà travaillé avec des réalisateurs tels que Billy Wilder ou bien John Ford, délivre ici un travail simple et proche des compositions du genre tout en parvenant à nous imprégner totalement de son thème principal que l’on sifflotera durant de longues heures après le visionnage.

La Rivière De Nos Amours est en cela un Western américain réussi et prenant de par ses belles scènes de batailles et d’affrontements ainsi que dans sa position d’observateur du conflit entre peuples qui cependant dérange de par son ton paternaliste et machiste sur la condition des femmes et la position de l’homme tout puissant.

II) Les caractéristiques techniques de l’édition Médiabook

Image :

Le Master vidéo proposé par Wild  Side est assez inégal livrant des scènes profitant d’une restauration parfaite à  d’autres séquences floues et pleines de griffures. Néanmoins cette proposition alliant différentes qualités d’images permet de se rendre compte de l’important travail de l’éditeur français et nous berce dans la magie du Western lui donnant un caractère suranné.

On notera également une luminosité assez basse, qui forcera à modifier les paramètres de votre téléviseur pour pleinement profiter du film.

Cependant le travail autour du piqué ou bien de la profondeur de l’image, durant la plus grande partie du film, est réussi, et nous plonge en plein cœur des paysages de l’Oregon.

Note image : 3/5

 

Son :

L’éditeur français propose deux versions audio pour découvrir l’oeuvre d’André De Toth :

  • Anglais DTS-HD 2.0 :

Cette version honnête et réussie permet de laisser une belle part aux dialogues sans pour autant prendre le dessus sur les arrangements sonores. Les scènes de bataille parviennent également à prendre une belle profondeur. Les aigus et les graves sont aussi paramétrés d’une belle manière offrant une qualité réelle d’écoute. La meilleure option pour découvrir le film.

  • Français DTS-HD 2.0 :

Bien que moins clinquante que la version anglaise, la version française a le charme des doublages d’époque et saura convenir au plus grand nombre. Cependant on peut noter une mise en avant parfois trop travaillé des voix, empiétant de la sorte sur l’environnement sonore conçu pour le film.

Note Son : 4/5

Suppléments :

Wild Side, comme pour la plupart de ses mediabooks, nous offre un bel objet de collection. L’éditeur parisien a de ce fait amplement compris l’envie pour les spectateurs d’explorer les suppléments du film au travers d’un support physique, écrit. De ce fait, l’édition blu-ray de La Rivière De Nos Amours comprend un livret de 78 pages écrit par Philippe Garnier. Ce dernier revient sur les origines du film mais également sur la méthode de travail du cinéaste qu’il s’agisse du repérage des lieux de tournage, jusqu’à la construction du film. Le document revient également sur le rôle important de Kirk Douglas dans l’existence du long-métrage, ce dernier endossant à la fois la casquette de producteur et d’acteur. Un livret faisant de cette édition un bel objet de collection pour tous les amateurs de conquête de l’Ouest.

Enfin l’éditeur au chat ébouriffé n’est pas en reste sur les suppléments audiovisuels, et propose un unique bonus, un entretien avec Anthony Slide, historien du cinéma et ami du réalisateur. Il revient ici sur de nombreuses anecdotes dont sa rencontre avec André De Toth. On y apprend beaucoup sur la façon de travailler du cinéaste américain. Un document qui nous permet de saisir pleinement le propos de La Rivière De Nos Amours et plus largement sa filmographie. The Beauty of the Land est un document touchant qui semble indispensable sur cette édition.

De la sorte, Wild Side nous offre un contenu pertinent et finement documenté !

Note suppléments : 4/5

 


Quentin Tarantino

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)