CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Kingsman : Le Cercle d’or

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre: , ,
 
Pays: ,
 
Titre Original: Kingsman: The Golden Circle
 
Durée: 141 min
 
Date de sortie: 11/10/2017
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 19 octobre 2017 by

 
Full Article
 
 




KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis.
Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice.

Avis de Manu

Après Kingsman : Services Secrets, Matthew Vaughn reprend donc les rênes de cette suite, et sans l’originalité du premier opus déjoue, détourne et pousse à l’extrême les codes d’un genre pour le dynamiser et lui donner une résonance pop ; clairement assumé dans Kingsman : Le cercle d’or. Effectivement la surprise n’est plus au rendez-vous et l’ensemble mise clairement sur son côté James Bond version 2.0 avec un humour reflet de son époque, connectée.

Totalement libéré des présentations et de l’obligation de mettre en place son univers, le premier opus l’avait clairement fait, Matthew Vaughn se lâche entre réalisation azimutée et livre un objet unique dans le cinéma de divertissement. Là où certains ne se servent que de la caméra comme un outil de captation avec un plan de coupe toutes les 3 secondes, Vaughn préfère en faire un instrument de mise en scène capable de rendre et capter des chorégraphies dantesques dans des plans séquences un peu dingues, avec un regard clairement tourné vers le cinéma hongkongais. Evidemment nous sommes loin d’un cinéma classique, ultra léché et respectueux des conventions, ici, c’est tout l’inverse, tout est permis, même l’impossible, au détour d’un humour piquant voire absurde, d’un versant parfois trash, parfaitement assumé comme tel. Tout est tourné en dérision, passant de clins d’œil à des références plus appuyés dans un festival visuel et high tech qui semble convoquer les très bons blockbusters d’une autre époque. A tel point que cette suite surpasse le premier chapitre et inscrit Kingsman dans la case des rares franchises friquées à être un tant soit peu intéressante.

Sans jamais se prendre au sérieux ce Kingsman : Le cercle d’or rend une copie qui offre certes peu de surprises mais qui, en s’assumant comme telle et ne se prenant jamais au sérieux, permet de livrer un cinéma festif et totalement débridé. On s’attendait à un bis repetita et finalement le plaisir fun et décalé est encore plus élevé, dans un style ultra jouissif. L’ensemble est toujours stylisé, so british (humour et compositions des acteurs), pour finalement délivrer une bien belle copie par ce diable de Matthew Vaughn qui décidément fait un quasi sans faute sur l’ensemble de sa filmographie (6 films au compteur), rayon divertissement.


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)