CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Gran Torino

 

 
Overview
 

Genre:
 
Titre Original: Gran Torino
 
Durée: 115
 
Realisateur: Clint Eastwood
 
Acteur: Clint Eastwood,Bee Vang,Ahney Her
 
Pays: Etats-Unis
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
2 total ratings

 


0
Posted 22 juin 2009 by

 
Full Article
 
 

(Version blu-ray) : Walt Kowalski est un ancien de la guerre de Corée, un homme inflexible, amer et pétri de préjugés surannés. Après des années de travail à la chaîne, il vit replié sur lui-même, occupant ses journées à bricoler, traînasser et siroter des bières. Avant de mourir, sa femme exprima le voeu qu’il aille à confesse, mais Walt n’a rien à avouer, ni personne à qui parler. Hormis sa chienne Daisy, il ne fait confiance qu’à son M-1, toujours propre, toujours prêt à l’usage…

Ses anciens voisins ont déménagé ou sont morts depuis longtemps. Son quartier est aujourd’hui peuplé d’immigrants asiatiques qu’il méprise, et Walt ressasse ses haines, innombrables – à l’encontre de ses voisins, des ados Hmong, latinos et afro-américains « qui croient faire la loi », de ses propres enfants, devenus pour lui des étrangers.
Walt tue le temps comme il peut, en attendant le grand départ, jusqu’au jour où un ado Hmong du quartier tente de lui voler sa précieuse Ford Gran Torino… Walt tient comme à la prunelle de ses yeux à cette voiture fétiche, aussi belle que le jour où il la vit sortir de la chaîne.

Lorsque le jeune et timide Thao tente de la lui voler sous la pression d’un gang, Walt fait face à la bande, et devient malgré lui le héros du quartier. Sue, la soeur aînée de Thao, insiste pour que ce dernier se rachète en travaillant pour Walt. Surmontant ses réticences, ce dernier confie au garçon des « travaux d’intérêt général » au profit du voisinage. C’est le début d’une amitié inattendue, qui changera le cours de leur vie. Grâce à Thao et sa gentille famille, Walt va découvrir le vrai visage de ses voisins et comprendre ce qui le lie à ces exilés, contraints de fuir la violence… comme lui, qui croyait fermer la porte sur ses souvenirs aussi aisément qu’il enfermait au garage sa précieuse Gran Torino…

 

Le blu-ray (non zoné) et le DVD Zone 1 sont disponibles chez notre partenaire CINEBOX.

 

 

 Le blu-ray :

Format: LTBX 16/9 1080P (2.40)
Zone: NON ZONÉ
Langues: ENG 5.1/FRA 5.1/ESP 5.1/POR 5.1
Sous-titres: ENG/FRA/ESP

 Bonus :

Culture de l’automobile
Gran Torino: plus qu’une voiture
La méthode Eastwood

 

 

Avis de Rachel (version Blu-ray Américain non zoné) :

 

Clint Eastwood doit avoir un don car tout ce qu’il touche se transforme en pépite. En effet, son dernier film Gran Torino (le nom de sa voiture dans le film) est un véritable petit bijou. Il en est à la fois le réalisateur et l’interprète principal.

Même s’il n’a plus l’envergure d’un inspecteur Harry, Walt Kowalski a tout de même certaines ressemblances avec lui. En effet, Clint, avec sa voix éraillée et son regard glacial, tient le rôle d’un vieillard qui n’est pas avare de jurons et qui est toujours prêt à se battre, même contre toute une bande de jeunes. Il a certes pris de la bouteille mais il tient encore bien la cadence. Plutôt solitaire, il n’a pas vraiment d’amis excepté son barbier préféré qu’il n’hésite pas à asticoter et à insulter. Le temps d’une coupe de cheveux durant laquelle les deux hommes ne parlent pas mais s’insultent. Mais malgré cela, on voit qu’il existe un important respect entre eux et une amitié profonde.

 

Ce film est un appel à l’intégration des minorités et se porte en faux contre les préjugés raciaux. Walt, le personnage de Clint est un homme qui a fait la guerre de Corée donc il a eu l’habitude de voir des asiatiques. De là, il en a développé une certaine haine vis-à-vis des étrangers et un fort patriotisme pour son pays (avec le drapeau américain flottant fièrement sur le perron de sa maison). Solitaire depuis la mort de sa femme qu’il adorait, il vit dans sa maison avec sa chienne Daisy.
Ses deux fils ne lui téléphone et ne s’occupe de lui que de façon intéressée. Seuls ses voisins le voient différemment.

Il nous fait alors découvrir le peuple des Hmong, une communauté chinoise.

 

 




La voiture Ford Gran Torino est un personnage à elle-seule dans le film. Walt y tient vraiment à cœur car il l’a construite lorsqu’il travaillait à la chaine dans une usine de voitures dans les années 1970. En dehors de cela, c’est aussi une voiture mythique car c’est celle utilisée par Starsky et Hutch.

Non nominé pour la course aux Oscars, Gran Torino y aurait pourtant mérité sa place.
Gran Torino est un film émouvant et on ne manquera d’ailleurs pas de verser une petite larme de crocodile.
Précédemment Clint nous avait également émus avec son Million dollar baby qui avait reçu 2 oscars.

A 78 ans, Clint montre qu’il est encore et toujours une valeur sûre du cinéma américain et qu’il faut toujours compter sur lui. Ses films sont efficaces, sincères et ont toujours une morale. Il ne joue pas sur la corde sensible, ne tombe pas dans le misérabilisme et la sensiblerie gratuite mais délivre des sentiments de manière honnête et honorable, ce qui fait que la petite boule vient se mettre parfois en travers de notre gorge alors quand on ne s’y attend pas.

Le public en redemande. On adore Clint ! Vive Clint !
Aucune critique à faire, aucune remontrance à donner, aucun point négatif à apporter, c’est la maitrise totale d’un acteur devenu maître et en cela M. Eastwood donne tout un sens au statut de ‘star’ !
C’est rare alors soulignons le sans hésiter.

Ce film est tout simplement MAGNIFIQUE, GRANDIOSE.

 

Au niveau de l’image de ce blu-ray, celle ci est comme d’habitude sur ce support … exceptionnelle. Les détails y sont légions et les couleurs superbes retranscrivant ainsi les séquences de jours et de nuits à merveilles. Pour la piste sonore, une version française est incluse mais je ne serai que vous orienter vers la piste originale. La VO utilise les canaux centraux principalements (beaucoup de dialogues).

 

L’avis de Fabien

 

Quelques mois après le superbe L’Echange, un nouveau film de Mr Eastwood, également devant la caméra quatre ans après l’oscarisé Million dollar baby, débarque dans les salles pour le plus grand plaisir des inconditionnels du grand Clint.

 

 

Gran Torino, projet de moindre ampleur par rapport au dyptique consacré à Iwo Jima ou bien au foisonnant récit d’époque L’Echange, n’en demeure pas moins un grand cru en regard des thèmes et personnages abordés dans une histoire somme tout classique qui renvoient à des oeuvres antérieures, d’une réalisation toujours aussi maîtrisée dans l’épure et l’enchaînement des plans pour mettre en valeur le cheminement intérieur de ses protagonistes enfin de l’intensité de cette histoire humaine noire et mélancolique qui porte vraiment la marque de son auteur, le dernier des géants d’Hollywood.

Circonscrite dans une zone limitée, un lotissement, quelques maisons et rues adjacentes, l’histoire de Gran Torino, qui tranche avec la densité narrative de L’Echange, relate une amitié improbable entre deux voisins d’âge et de culture très éloignés, le misanthrope et grincheux Walt et le jeune garçon timide de la famille Hmong vivant à quelques mètres de la propriété du retraité.

Deux solitudes s’apprivoisent. Un rapprochement amical d’ailleurs expédié en quelques fondus enchaînés, le type même de séquence attendue que Eastwood zappe à l’image de cette autre scène très réussie de confession que Walt adresse à son ami derrière une grille de sécurité qui peut rappeller l’espace du confessionnal où il se trouvait auparavant à la demande d’un pasteur pour évoquer ses démons intérieurs.

De même Eastwood propose une conclusion surprenante et ô combien puissante en terme d’intensité dramatique pour son personnage solitaire et dur de cuire qui ici à la différence de Million dollar baby ou bien encore Impitoyable trouve la paix et n’est plus amené par un destin contrarié à errer parmi les ombres.

 

 

Gran Torino peut en effet être vu comme une oeuvre testamentaire en regard d’un plan final mémorable (Eastwood a déclaré que ce serait son dernier rôle) qui dit adieu à ce personnage typiquement eastwoodien, le gros dur au coeur tendre, qu’on peut voir comme la somme de tous ceux incarnés au cours d’une filmo passionnante : Dirty Harry et son sens particulier de la justice, Tom Highway « le maître de guerre » et sa droiture militaire, Frankie Dunn l’entraineur de Million Baby et son manque affectif…

Honneur, justice, vengeance, famille autant de thèmes abordés avant et ici dans ce Gran Torino où Eastwood convoque tous les fantômes de ces rôles précédents pour mieux leur dire adieu; un enterrement de première classe.


zast

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)