CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Fast & Furious 7 : le test blu-ray

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre:
 
Pays:
 
Titre Original: Furious 7
 
Durée: 137 min
 
Date de sortie: 01/04/2015 (salle) - 04/08/2015 (vidéo)
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
2 total ratings

 


0
Posted 14 août 2015 by

 
Full Article
 
 

Dominic Toretto et sa « famille » doivent faire face à Deckard Shaw, bien décidé à se venger de la mort de son frère.

Avis de Manu

Ah  Fast & Furious 7

– « Alors, tu en as pensé quoi ? »

– «  … ».

Il va être assez difficile d’écrire une longue critique sur ce dernier opus de la franchise « Pimp my major account ». Ce qui n’empêche en rien d’être honnête.

Pour commencer, difficile de ne pas évoquer le décès de Paul Walker,  héros en duo de la série. On devine assez vite les séquences dans lesquelles ce dernier devait être présent avant son décès. Avant tout par l’incrustation de son visage, le montage de certaines séquences mais surtout par les ressorts quelque peu retords du scénario. Peu de logique, dans le déroulement de l’action, même un peu beauf parfois.

Si l’opus 5 « polishait » la franchise immatriculée « bourrinwood » dans des proportions plutôt divertissantes, scénario et mise en scène inclus, le chapitre suivant s’enfonçait un peu dans un grand n’importe quoi en contournant toutes les règles de la physique et de la pesanteur. Ce dernier opus suit le droit chemin du même surréalisme. Malheureusement pas celui d’André Breton (sic.) Fast & Furious 7  amorce donc les scènes les plus dingues, farfelues et impossibles vus depuis des lustres au cinéma. Mauvais point, c’est souvent, presque totalement ridicule, juste présent dans un grand bout à bout qui n’a aucun sens et surtout, aucun scénario. Bon point, les fans du genre, de la série, vont probablement se régaler comme jamais devant cette déflagration de taules, de cascades, de combats à la modernité visuelle éprouvante. Sur un rythme effréné nous avons à peu près droit à tout et James Wan repousse les règles dans les retranchements les plus larges du cartoon. C’est sûrement le seul axe à tutoyer pour apprécier le film tant l’ensemble s’avère survolté.

En dessous de cette vitesse de croisière certains spectateurs risquent une sortie de route, direction Hilarante City.

Mais ne faisons pas un procès facile et élitiste à un tel film. On sait pourquoi on entre dans la salle et sur ce plan, le contrat est plus que validé.

Il faudra en outre supporter des punchlines dégueulasses qui font passées celles des années 80 pour des chefs d’œuvres narratifs intemporels.

On retiendra donc uniquement l’esprit totalement décomplexé du film (ridicule pour d’autres) et le bel hommage en toute fin à l’acteur défunt, Paul Walker, symbole d’un cinéma généreux et totalement construit pour les fans de la première heure.

fastandfurious7photo1Avis de Fabien

Désormais dans le top cinq des plus gros succès de tous les temps, le 7ème opus de la franchise Fast & Furious, vient de débarquer en vidéo.

Les deux précédents numéros avaient poussée le curseur loin dans le registre de l’action décomplexée over the top, celui-ci est un festival d’action survitaminée ultra spectaculaire lire cartoonesque.




Fast & Furious 7 aligne pendant plus de deux heures les morceaux de bravoure automobiles, chute de voitures d’un avion cargo puis poursuite sur une corniche, saut d’un bolide entre trois buildings et les empoignades viriles, au choix entre The Rock et Jason Statham, Vin Diesel et Statham, Paul Walker et Tony Jaa.

Fast & Furious 7 est un concentré d’action débridée cartoonesque avec des cascades qui défient les lois de la gravité : chutes vertigineuses des corps, festival de bourre-pif, méchant increvable; la surenchère dans le gigantisme des scènes d’action pour lutter contre la concurrence (Bond, Hunt & co) et sa propre mythologie fait ressembler FF7 à un cartoon survolté où entre deux scènes d’action, amusantes, plutôt bien découpées, sont intercalées des scènes intimes avec dialogues et situations dignes d’une télénovela (la romance contrariée entre Toretto et Ortiz), esprit de sérieux compensé par des répliques de gros durs et blagues de mécaniciens bien dans l’esprit de la saga.

Il est donc conseillé, selon la formule consacrée, de laisser son cerveau au garage pour apprécier ce blockbuster aux allures de cartoon avec des ingrédients des action movie des années 80 (héros bodybuildés sans peurs, punchlines machistes) et du jeu vidéo (profusion de cascades non réalistes dans différents décors, méchants retors, images de synthèse pour amplifier l’action voire créer une doublure numérique d’un acteur).

Fast & Furious 7 ou l’éloge rustre, du tuning, de la famille, pour les fans de la franchise Universal et en croire le succès incroyable du film dans les salles du monde entier ils sont nombreux à avoir vibrer devant les aventures de Dominic Toretto et Brian O’Conner, le regretté Paul Walker auquel le film rend un vibrant hommage qui a sans doute ému des millions de spectateurs.

ff7photo1

Test blu-ray

Technique

Le blu-ray envoie du lourd au niveau des images :  piqué hallucinant et palette colorimétrique d’une grande richesse.

Au niveau sonore c’est un festival multi-canal, avec une préférence pour la version originale anglaise en DTS-HD Master Audio 7.1, plus équilibrée question mixage et claire aux niveaux des voix.

Bonus

Cette édition blu-ray Universal, bien garnie en suppléments, comprend tout d’abord le film en version longue (2′ de plus que le montage cinéma).

4 scènes coupées (6′) sont également proposées.

Puis différentes featurettes sont offertes en complément du film :

Dans la bagarre : présentation des différents combats émaillant le film, Hobbs contre Shaw, Dom contre Shaw, combats de filles…

À propos de Fast (31′) : le réalisateur James Wan présente quelques scènes clés, avec ses intentions, les techniques utilisées pour l’orchestration de scènes d’action dantesques

Voitures volantes (5′) : focus sur la fameuse séquence du saut en parachute des héros à bord de leur voiture à partir d’un avion cargo C-130 où on apprend que l’équipe technique a vraiment balancé des voitures d’un avion avec des parachutes!

L’occasion fait le larron (7′) : les coulisses de la séquence de poursuite automobile dans la montagne

Sauts de tour en tour (7′) : à Abou Dhabi la voiture volant entre trois gratte ciel

Deux mini modules consacrées aux autos : Les voitures du film (10′) et Race Wars (6′)

Clip : « See You Again » (4′)

Making of Fast & Furious « Supercharged » (8′) : présentation de l’attraction Fast & Furious aux Universal Studios

Retour à la case départ (12′) : réaliser une suite encore plus spectaculaire, avec de nouveaux personnages à intégrer à la franchise (Statham, Russell)


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)