CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Edge Of Tomorrow : la critique et le test blu-ray

 
 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , ,
 
Genre:
 
Pays:
 
Durée: 113 min
 
Date de sortie: 04/06/2014 (salles) - 22/10/2014 (vidéo)
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
4 total ratings

 


0
Posted 29 avril 2018 by

 
Full Article
 
 

Dans un futur proche, des hordes d’extraterrestres ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n’a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n’a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l’espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…

Film présenté à la première édition du Martigues Science Fiction Film Festival 2018
L’avis de Fabien

Après le sympathique Oblivion Tom Cruise est de retour dans un univers s-f apocalyptique avec Edge of Tomorrow, basé  sur le roman d’Hiroshi Sakurazaka All you need is kill déjà  adapté en manga.

Film hybride, entre action, sf et comédie, Edge of Tomorrow mixe de manière ludique et énergique Un jour sans fin avec le principe de la boucle temporelle, Il faut sauver le soldat Ryan avec la séquence du débarquement sur une plage envahie par l’ennemi en référence à celui de 44 en Normandie et Starship troopers centré sur une guerre contre de redoutables envahisseurs extra-terrestre pour proposer un résultat très plaisant porté par un Tom Cruise surprenant.

Ecrit entre autres par Christopher MCQuarrie, scénariste inspiré de Usual Suspects et réalisateur habile de Jack Reacher, le récit fait de la femme soldat jouée par Emily Blunt une figure héroïque de la guerre contre les aliens, le personnage de Cruise étant au début présenté comme un couard, un gradé qui n’a jamais connu le combat et qui va devenir un héros malgré lui grâce à ce don/malédiction qui le condamne à revivre le même combat et à mourir indéfiniment.

Le principe de répétition avec des variantes bien choisies est source de comédie (la scène du camion, l’entrainement avec des robots) comme de drame (Cage à force d’échecs répétés devient désabusé et touché par le sort funeste de sa partenaire dans leur mission impossible). Ce dispositif narratif n’est pas convoqué pour amener une réflexion philosophique sur le libre arbitre ou le destin mais est utilisé dans dans une logique d’entertainment où le personnage principal y voit un moyen d’améliorer ses compétences physiques et stratégiques pour triompher d’une situation initiale bloquée. Spectaculaire et haletante, cette guerre sans fin menée par le soldat Cage se conclut par un combat désespéré dans les ruines de Paris pour sauver l’humanité.

Fun, excitant, Edge of tomorrow est un des meilleurs films de Doug Liman avec La mémoire dans la peau et une nouvelle réussite pour Tom Cruise, toujours bondissant dans l’action trépidante et très à l’aise dans les scènes de comédie. A l’image du soldat Cage, la star Cruise semble se régénérer à chaque film. Play. Die. Repeat.

edgeoftomorrowphoto2

Avis de Manuel Yvernault :

Doug Liman c’est avant tout Swingers qui, il y a presque 20 ans, avait fait son petit effet sur la scène indé. C’est ensuite Go, film choral qui se jouait d’un effet Rashômon, comme un certain nombre de films à l’époque. C’est également le premier volet de la trilogie Jason Bourne et plusieurs films à la teneur assez faible par la suite (Jumper, Mr. & Mrs. Smith).
On attendait donc fébrilement son association avec le scénariste confirmé Christopher McQuarrie (The Usual Suspects, Valkyrie», Jack Reacher) sur Edge of tomorrow, film de SF porté par un Tom Cruise encore en rédemption cinématographique.

Dès les premières minutes, l’enjeu cinématographique et les thèmes en résonance autour du héros, incarné par la même star, semblent peu élevés et rappellent forcément le précédent film du comédien, Oblivion.
Pourtant, l’astuce narrative et répétitive du film semble être déjà-vu, le personnage principal est obligé de revivre la même journée à l’infini, mais de manière intelligente, le scénario réussit à nous captiver très vite.
C’est au travers de ce voyage à répétition dans le temps que s’inscrit Edge of tomorrow. Etrangement on sort assez rapidement du format prémâché des blockbusters estivaux, et on se surprend même à trouver un vrai plaisir à suivre un Tom Cruise qui, s’il n’est plus exceptionnel, reste toujours efficace dans son interprétation.

Dans cette répétition temporelle, il est d’ailleurs tout de suite bon de saluer la réalisation de Doug Liman, pas spécialement un cador de la mise en scène, ainsi que le travail de son monteur, James Herbert (Sherlock Holmes, Gangster Squad) qui n’avait pas non plus montré grand chose jusque là. Aucune répétition embarrassante ne s’offre au spectateur devant l’élasticité temporelle qu’on nous montre durant une bonne heure.
A l’inverse, un vrai plaisir ludique se dessine et nous rappelle un peu l’univers des jeux vidéos (à chaque mort on trouve un piège à éviter la prochaine fois). Pour autant, le film ne se destine pas aux gamers mordus de shoot them up mais reste dans un cadre cinématographique puisque la mise en scène trouve un dynamisme propre au récit, plein de rebondissements et souvent bordé d’humour plutôt bien dispersé.
Edge of Tomorrow rappelle également dans son fonctionnement, même si dans un tout autre registre, un mix entre Un jour sans fin pour la dynamique, le propos et flirte près de Starship Troopers pour le côté SF, ainsi que pour la résonance que nous rappelle l’invasion alien (tout comme les chorégraphies des combats).
Bien sûr, cela ne s’arrête pas là, puisque on sent clairement l’envie de faire correspondre ce débarquement américain en terre normande aux événements de la seconde guerre mondiale (Verdun est régulièrement cité). Entre uchronie et pure fiction.

Si le film séduit particulièrement, c’est dans la mesure où Doug Liman évite les clichés formels et de fond durant une bonne heure. On passe heureusement loin d’une amourette naissante, pré-écrite, par exemple, tout comme la mise en relief d’un patriotisme obligatoire dans un film américain, ici mis à mal dans les nombreux décès de Tom Cruise qui oscillent en humour noir et clin d’œil plutôt directs au comédien dans la «vraie vie».
Cette réussite n’est pourtant pas complète puisque dans son dernier tiers le film se renferme dans ce qui se fait en mode cloné à Hollywood. Il nous offre donc un final qui, si il n’est pas honteux, ressemble à ce qu’on a pu déjà voir de nombreuses fois. De là à bouder le plaisir passé, nous en sommes loin mais nous étions en droit d’attendre un peu plus d’ambition tant le projet était réussit jusqu’ici.
Un peu de tolérance nous permet de garder un avis positif sur le film car même si elle est imparfaite, la rapidité d’exécution de ce final est au moins un bon point.




Edge of Tomorrow est donc le film généreux qu’on ne soupçonnait pas avec un Tom Cruise toujours aussi…Tom Cruise qu’on l’apprécie ou non. Mais pour ses fans, il prouve qu’on peut toujours compter sur lui, et pour ses détracteurs, le plaisir de le voir mourir une bonne cinquantaine de fois, devrait au minimum les ravir.

edgeoftomorrowphoto1

Test blu-ray

Technique

L’image impressionnante, avec de nombreux détails grâce à un piqué acéré, nous embarque  avec conviction dans ce film de guerre avec des aliens.

Les pistes DTS-HD Master Audio 7.1 pour les francophones et DTS-HD MA 7.1 en VO offrent un rendu sonore très riche, un environnement ample avec des basses puissantes notamment pendant la séquence pivot du débarquement.

Bonus

Ce disque blu-ray Warner propose une belle cargaison de suppléments pour prolonger l’expérience de Edge of tomorrow (mis en avant pour sa sortie vidéo sous le titre Vivre, mourir, recommencer).

Armes du futur (8′) et Créatures d’un autre monde (5′) sont des featurettes consacrées respectivement à la fabrication des exo-squelettes portés par les acteurs et au design des différents mimics combattus dans ce film réalisé par Doug Liman par Tom Cruise et Emily Blunt.

Le module Opération Chute libre est composé d’un montage d’extraits La montée d’adrénaline (2′)  et d’une featurette Le débarquement (9′) où la production a récréée une plage en studio avec des dunes entourées de fonds verts pour une séquence pensée en référence à Il faut sauver le soldat Ryan.

Au bord du gouffre avec Doug Liman (42′) est un intéressant making-of où est présentée la phase de pré-production avec la création de la plage du débarquement dans le studio anglais de Leavesden, le travail de fabrication des armures, l’entrainement en armures des acteurs avec un Tom Cruise toujours aussi dynamique à 50 ans. Puis nous assistons au tournage où le sympathique réalisateur Doug Liman s’appuie sur le professionnalisme de son réalisateur de seconde équipe Simon Crane et sollicite la collaboration de ses comédiens dans la création de leurs personnages et leurs dialogues, le scénario étant en constante évolution sur le set.

Enfin direction les scènes coupées (7′) au nombre de 7 dont une amusante scène de comédie avec Tom Cruise et deux autres scènes d’action avec des effets non finalisés.

#msfff #msfff2018


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)