CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Don Jon

 

 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , , , , , , ,
 
Genre: , ,
 
Pays:
 
Titre Original: Don Jon
 
Durée: 95 min
 
Date de sortie: 25/12/2013
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
7 total ratings

 


0
Posted 23 décembre 2013 by

 
Full Article
 
 

Jon Martello est un jeune homme athlétique, séduisant et séducteur. Ses amis l’appellent Don Jon en raison de son talent à « lever » une nouvelle fille chaque weekend, mais même les rencontres les plus excitantes ne valent pas les moments solitaires qu’il passe devant son ordinateur à regarder des films pornographiques. Barbara Sugarman est une jeune femme lumineuse, ravissante et un brin vieux jeu. Nourrie aux comédies romantiques hollywoodiennes, elle est bien décidée à trouver son Prince Charmant et partir avec lui sur son cheval blanc. Chacun ayant des attentes illusoires sur le sexe opposé, Jon et Barbara vont devoir lutter contre un monde de fantasmes véhiculé par les médias dans le but d’espérer trouver une véritable intimité.

 

L’avis de Manu Yvernault : 

Cela fait un petit moment que Joseph Gordon-Levitt à mis la main sur une caméra. Plus par envie que principe récent, où tout à chacun des acteurs de la planète veut passer derrière la caméra, parce que c’est « fun » (sic.). Plusieurs courts-métrages à son actif depuis son premier essai, Sparks, adaptation libre d’un roman d’Elmore Leonard, et l’acteur passe enfin au format long-métrage. Et comme on est jamais mieux servi que par soi-même, il en est également l’auteur.

Ayant participé à de nombreux films où les réalisateurs avaient leur «marque» de fabrique, Joseph Gordon-Levitt a été à bonne école (Christopher Nolan, Rian Johnson, Gregg Araki, Marc Webb et Steven Spielberg ont dû savamment et indirectement lui porter conseils).

don jon 01

Et s’il est plus facile de financer un projet cinématographique quand on a un « nom », cela ne veut pas dire pour autant que la qualité sera au rendez-vous. Et pourtant, le jeune comédien s’en sort très bien. Habile autant dans le fond que dans la forme de son film.

Car si le sujet de ce jeune homme en quête d’amour et accro aux films pornographiques pouvait batifoler au plus proche d’un traitement vulgaire et graveleux, le jeune cinéaste réussit le pari de ne jamais tomber dans la facilité et marche délicatement sur les bordures de la comédie romantique (voire comédie dramatique).




Esthétiquement nous sommes clairement loin d’un cinéma classique et on sent fréquemment le désir du réalisateur pour faire de son film un objet dynamique visuellement. Pourtant il ne prend jamais le virage si facile d’un film façon pub ou clip. Nombreux mouvements de caméra, tourné vers l’exercice d’un montage joueur, d’un rythme très dynamique, Joseph Gordon-Levitt ne réinvente rien mais s’approprie avec savoir-faire une grammaire cinématographique déjà connue. On pense notamment au film de Marc Webb 500 jours ensemble dans lequel il tenait le rôle principal. Il ne pêche jamais par maniérisme et fait cependant preuve d’un réel engagement dans ce qu’il tend à démontrer par l’image.

don jon 02

Nombreux sont donc les mouvements de caméra judicieux pour le coup et la musique prend dans ce même désir d’échapper à toute forme conservatrice un rôle assez important.

Le film reflète étrangement une certaine sympathie, fidèle à son auteur. Si le sujet ne renversera pas la géopolitique du monde, il fait face au genre dans lequel il s’inscrit.

Étude sans jugement de la vie par procuration, le scénario établit un discours simpliste mais efficace sur la façon de vivre actuelle. D’un côté, les tribulations monomaniaques d’un pornophile, de l’autre sa rencontre avec cette fille fan de comédies romantiques hollywoodiennes. Comme si la critique du genre par le genre était plus efficace. Aucune prétention dans l’intention en tout cas. A cela s’ajoute un léger regard acerbe sur le fait qu’internet a changé nos modes de communication et de vie.

don jon 03

Le film pourrait se suffire à lui-même mais on peut compter sur un très bon casting, Scarlett Johansson tient parfaitement son rôle, un plaisir nostalgique de retrouver Tony Danza, vraiment doué dans son rôle de paternel italien et Julianne Moore, une fois de plus, parfaite dans un rôle qui demandait une certaine subtilité pour qu’on y croit pleinement. Rôle qui prend délicatement son importance et donne finalement toute sa force au film.

Don Jon ressemble à son auteur (fidèle du Saturday Night Live au passage, bon client des Nights Shows américains), film simple dans sa trame mais méticuleusement mise en scène, enjoué par une savoureuse réalisation et relativement solide dans son propos, pas prétentieux et véritablement maîtrisé. On attend donc la prochaine réalisation de Joseph Gordon-Levitt qui amène lors des dix dernières minutes une ultime ascension, plus sérieuse que le reste mais qui colle parfaitement à l’ensemble. Si la forme de cet épilogue peut nous prévenir de la suite on a alors hâte de voir à nouveau le déjà talentueux comédien à nouveau derrière la caméra. Où comment faire simple et efficace.


Yanick Ruf

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)