CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Detachment

 

 
Overview
 

Genre:
 
Titre Original: Detachment
 
Durée: 97
 
Date de sortie: 01-02-2012
 
Realisateur: Tony Kaye
 
Acteur: Adrien Brody,Tim Blake Nelson,Lucy Liu
 
Pays: USA
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
1 total rating

 


0
Posted 22 février 2012 by

 
Full Article
 
 

Henry Barthes est professeur-remplaçant. Il est muté pendant trois semaines dans un lycée difficile de la banlieue new yorkaise. Lui qui s’efforce d’être toujours détaché va voir sa vie bouleversée par son passage dans cet établissement.



Avis de Manuel Yvernault :


Le public avait laissé Tony Kaye sur le brillant American History X, à la paternité controversée (réalisateur « éjecté » en plein montage, supervisé ensuite par Edward Norton). En somme chef d’œuvre du cinéma des années 90 mais projet abouti dans la souffrance pour Kaye. Après 3 long-métrages passés inaperçus et un documentaire sulfureux, Lake of Fire, Tony Kaye revient au-devant de la « toile » avec Detachment, film dramatique, s’il en est. On retrouve alors l’effervescence visuelle de Kaye qui avait contribué au succès d’American History X.

Tony Kaye est un personnage à lui seul, si bien que l’on s’étonne (et se réjouit) de son retour au cinéma. Artiste touche-à-tout, photographe talentueux, Kaye a toujours voulu être totalement en marge du système hollywoodien.






detachment1


Par le sujet même du film, l’échec du système scolaire aux Etats-Unis, il confirme l’approche documentaire de son travail de réalisateur. Detachment, par certaines envolées de style, mêle touches artistiques et réalisme de mise en scène. Il s’agit d’une oeuvre sombre, noire, obscure voir nihiliste sous de légères nuances d’espoir. Le réalisateur ne se contente pas de dessiner une Amérique, il l’ausculte, l’ouvre de l’intérieur et la pousse à son paroxysme. Seule la lumière (photo) blanche du film porte ce dernier vers des tonalités apaisantes, le reste n’est que négation et constat flagrant que la société laisse les plus faibles sur le bord de la route, désarmés, démunis, détruits, à peine « éclos ».

C’est dur, extrême mais à le mérite de ne pas laisser indifférent.

Ce qu’on peut reprocher à certains réalisateurs, fonctionne chez Tony Kaye. Une stylisation de chaque instant vient parsemer le film. Certains stopperont net leur élan immersif, d’autres se laisseront porter par cette vague stylisée. Radical sur la fond et la forme, le film de Kaye n’offre que de rares respirations visuelles, indispensables tant son film baigne dans une marée noire et négative.

Cette lecture clinique d’un certain système scolaire outre-Atlantique donne le la d’un échec politique et social. Kaye est conscient d’appuyer là où le mal est facile à déceler, mais cette lecture presque documentaire n’en est que plus véridique par l’électrochoc qu’elle provoque; sa radicalité semble nécessaire.




detachment2


Mais Kaye n’est pas qu’un metteur en scène habité (et nombriliste ?), il offre à ses comédiens un espace de liberté immense et une mise en scène soignée.

Comédien brillant Adrien Brody n’avait depuis des années pas de rôle à la mesure de talent. Il est ici parfait dans ce rôle de professeur « itinérant », personnage ne trouvant sa place ni intérieurement, ni formellement.

Le reste du casting jouant le jeu entre la performance et le caméo est éclectique et parfait. Les vieilles canailles adoubées, William Petersen, James Caan, Marcia Gay Harden, les stars de séries TV, Bryan Cranston, Christina Hendricks ; tous viennent contribuer à la photo de classe que tend à capturer Tony Kaye. Sous un aspect de film choral, chacun est vecteur d’un point particulier que Kaye tend à dénoncer.

Detachment n’est pas de ces films, consensuels, léchés, objectifs. Avec sa mise en scène artistique et documentée, le film affiche une volonté de dénoncer. Sans choquer, sans voyeurisme mais jusqu’au-boutiste, Kaye provoque un mal être nécessaire dans ce genre de cinéma. On n’en ressort pas indemne ou bien on refusera ne serait-ce même que d’y entrer. Pour qui se laisse porter par cet élan, l’extrême devient nécessaire et donc utile.


zast

 


0 Comments


  1.  
    Anonyme

    Pour répondre à la question fianle de Brian :
    Santiago Segura devrait le réaliser (il joue dans le 3, c’est un spécialiste du genre horrifique, et il a réalisé d’excellents polars paraodiques).
    Filmax pourrait produire « House of Re-animator » en espagne (Segura y a déjà montré la maison blanche dans « Torrente 3 »)… Jeffrey Combs devrait amener avec lui quelques potes acteurs de Star Trek pour enrichir le casting ! 🙂





Leave a Response


(required)