CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Avengers Endgame

 
 
Overview
 

Realisateur: ,
 
Acteur: , ,
 
Genre: ,
 
Pays:
 
Durée: 181 min
 
Date de sortie: 24/04/2019
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
no ratings yet

 


0
Posted 3 mai 2019 by

 
Full Article
 
 




Thanos ayant anéanti la moitié de l’univers, les Avengers restants resserrent les rangs dans ce vingt-deuxième film des Studios Marvel, grande conclusion d’un des chapitres de l’Univers Cinématographique Marvel.

L’avis de Manu

Fin d’un cycle, début d’un autre.

Marvel arrive enfin après une dizaine d’années à la fin de sa première phase. Débutée avec Iron Man et clôturée avec Avengers. Au bout d’autant de critiques/avis qui se ressemblaient plus ou moins (ici) à force de ne plus véritablement différencier, sinon sortir du lot, un film parmi les autres tant le cahier des charges était scrupuleusement respecté.

Marvel Studio, Kevin Feige à sa tête, a « presque » créé un genre en soit, si ce n’est pas un genre, un système de cinéma reproductible à l’infini (ou quasiment) pour apporter du spectacle dans les salles et des billes verts dans les tableaux comptables et réactivé les places boursières. Et quand les actionnaires sont derrière, il convient de formater le produit pour ne pas décevoir le client (pardon, spectateur me souffle t’on). Reste cet étrange sentiment d’avoir accepté ce deal avec le diablotin du septième art, quand ce dernier va à peu près contre toutes les attentes personnelles que l’on peut avoir envers la cinématographie. Génie ou faiblesse personnelle de craquer, au moins par curiosité sur chaque nouvel opus ?! Un peu des deux sans doute.

Hors des émerveillements visuels que les SFX permettent de nos jours et d’un vide scénaristique dont on extrayait de temps à autre un parallèle sociologique, féministe ou politique de notre société contemporaine, bien que parfois un peu tiré par les cheveux, restait parfois la patte de certains auteurs plus ou moins laissés libres par le studio ; on pense à James Gunn et ses Gardiens de la galaxie ou bien Shane Black sur Iron Man 3, voire, allez, Ryan Coogler et les quelques appendices perdues dans le bancal Black Panther.

Mais en dehors de tout ça c’est bien une machine qui a pris place et qui a su rassembler des millions de spectateurs dans les salles et commentateurs sur l’autre toile, celle du net. Une communauté née du gentil monstre Marvel.

Il y aurait donc deux faces, celui du spectacle pur et dur et celui du phénomène qui embras(s)e différentes cultures à travers le monde pour les réunir autour d’un même univers. Bon, ok, là, on tente de voir un intérêt mineur à l’ensemble…

Les films Marvel vont donc débuter un nouveau cycle après avoir, il faut l’admettre, plutôt bien clôt sa première décennie sur Avengers Endgame. Si on passe évidemment sur les grosses ficelles et non-sens du dernier né. Les scores au box-office tous records confondus sont explosés depuis quelques jours et l’écurie de Disney se porte au mieux. Evidemment l’investissement ne sera pas reversé dans des films indé et/ou d’auteurs mais difficile de tirer sur l’ambulance quand on prend soi-même un petit plaisir aléatoire et épisodique, sur dix années, à apprécier certains films de la franchise.

De l’autre côté, DC Comics a livré il y a quelques semaines Shazam ! Assez faiblard, en prenant le risque de délaisser son originalité (on ne parle pas de qualité attention) celle du versant sombre des supers héros (Batman, Superman, Justice League…). Car ce Shazam ! n’est ni honteux, ni totalement raté, il est juste destiné à un tout autre public que ce à quoi nous avait habitué DC. Film pour ado sans parler aux adultes, assez faible dans sa mise en scène brouillonne, lisse et lourd dans ses dialogues. A quelques semaines près l’écart se creuse de plus en plus entre les deux écuries comics de l’oncle Sam. Et c’est bien Marvel qui semble être le seul vainqueur dans et hors les salles, en inventant quasiment une notion supérieure à ce que le blockbuster a pu être afin de prendre le spectateur par la main et l’emmener dans la dimension « ciné-consommation ». Côtés pile et …pile d’une même pièce.


Fabien Brajon

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)