CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD, des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998

 
Random Article

Alabama Monroe

 

 
Overview
 

Realisateur:
 
Acteur: , , , , , , ,
 
Genre:
 
Pays:
 
Titre Original: The Broken Circle Breakdown
 
Durée: 112 min
 
Date de sortie: 28/08/2013
 
Note
 
 
 
 
 


User Rating
3 total ratings

 


0
Posted 26 août 2013 by

 
Full Article
 
 

Didier et Élise vivent une histoire d’amour passionnée et rythmée par la musique. Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l’Amérique. Elle, tient un salon de tatouage et chante dans le groupe de Didier. De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle…

 

L’avis de Manu Yvernault :

Felix Van Groeningen avait marqué les esprits avec La mertitude des choses sortie en 2009. Deux ans plus tôt, il imposait déjà de « sa patte » le cinéma flamand avec Dagen zonder lief  faisant du réalisateur un des cinéastes à suivre.

Si Alabama Monroe (The broken circle breakdown) confirme tout le bien qu’on pensait de lui, le film plonge cette fois dans une noirceur abyssale. Il est difficile d’en ressortir sans la boule au ventre et pourtant un film a rarement été aussi beau, tout en conjuguant avec autant d’annihilation lumière et ténèbres.

C’est sans doute là le talent de Felix Van Groeningen, savoir entourer d’une beauté formelle un sujet noir profond. Il fait preuve d’un réel savoir faire dans sa manière de capter les mouvements et regards de ses comédiens. Les diriger de manière quasi poétique. Cela lui permet de tutoyer des sujets très sensibles et touchants et de donner une crédibilité quasi documentée à son film.

alabama monroe 04

Dans une esthétique à la photographie irréprochable de Ruben Impens le film prend des couleurs captivantes et s’inscrit totalement dans l’univers qu’il dépeint.

Étrangement placé au cœur de la musique bluegrass, les deux protagonistes jouent dans le même groupe de musique country, le film s’imprègne très vite d’une identité marquée. A ce titre les plus réfractaires à ce style musical seront sans doute désabusés d’entendre une bande son très présente. Au contraire, la musicalité d’ Alabama Monroe apporte une valeur supplémentaire, presque comme un protagoniste essentiel au récit, une ode positive au long-métrage.

Difficile de ne pas se projeter dans un des personnages principaux et de ne pas vivre à leurs côtés ce conte de fée qui prend un virage à 180 degrés au fur et à mesure que les années passent. On a rarement filmé une relation aussi profondément touchante et naturelle.

alabama monroe 03




Le savoir faire du réalisateur met immédiatement de côté les détracteurs qui ne manqueront pas le rendez-vous du « ok, mais c’est entre le pathos et le tire-larmes », or nous sommes loin de cette forme totalement désintéressée et gratuite.

La qualité d’écriture joue pleinement son rôle, le film étant adapté d’une pièce à succès.

La construction en flash-back n’est nullement gênante à la lecture du film et contribue même à s’imprégner plus fortement de l’histoire de ce couple qui déploie un courage immense afin de lutter contre la fatalité.

Mélodrame d’une intensité inouïe qui flirte facilement et avec crédibilité entre le drame, la réalité et quelques envolées d’humour, l’univers même de Felix Van Groeningen est donc présent. Cette fois l’accent vérité étant encore plus présent au sein de ce couple composé de Johan Heldenbergh et Veerle Baetens. Les deux comédiens réussissent à se fondre dans leur personnage, totalement, à travers la passion qui anime ces deux êtres. Montagnes russes de sentiments divers et variés, tous peints avec sincérité, une véritable énergie ressort de ce tandem.

alabama monroe 02

On note tout de même un discours sur la foi assez convenu mais il n’entame en rien la qualité du film qui trouve ses qualités bien au-delà.

Dans sa beauté vive, son jeu impérial et sa mise en scène maîtrisée et marquée de la patte unique de Felix Van Groeningen, Alabama Monroe sera le film dramatique de cette fin d’été. Difficile de rester de marbre devant une telle œuvre bien que ténébreuse au plus au point.

Le réalisateur nous parle avec sincérité et touche le spectateur dans son for intérieur, avec justesse et vérité.

Malgré la noirceur qu’il dégage et la difficulté du sujet traité, il est presque nécessaire de découvrir une telle œuvre bouleversante, troublante et touchante.

alabama monroe 01


Yanick Ruf

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)