0
Posted 5 août 2009 by zast in Interview
 
 

The director Faye Jackson’s interview for Strigoi movie


The director Faye Jackson’s interview for Strigoi movie in english or in french.

STRIGOI is a Vampire movie that defies categorization.  Shedding a fantastic light on a post-communist Romanian village, the film introduces us to an ancient myth: Strigoi, the belief that a person can rise again after death to seek justice if they’ve been wronged, their appetites intensified by their hunger for blood. A deeply human take on an old horror story, the film explores the old world versus the new and delves into the heart of modern Romania.

STRIGOI, the new independent vampire film set in present day rural Romania, has announced that it will be hold its world premiere at the 4th annual Toronto After Dark Film Festival.

 

 

The shooting  of Strigoi with Faye Jackson

 


CineAlliance : Could you present yourself to the french public please ?


Faye Jackson : STRIGOI is my first feature film. I’m a film-maker who wants to tell good a story. I’ve been told I have a fairly dark sense of humour and I seem to be developing a taste for blood (cinematically at least).

 

 

CineAlliance : Is  the short film Lump bring you to do a long horror movie ?

 

Faye Jackson : LUMP is a very different kind of film to STRIGOI, even though both can be classed as horror. LUMP is primarily about fear but it isn’t a traditional horror film, and STRIGOI is a mixture of a few different genres: mystery, fantasy, comedy and horror. With both films I was attracted to the story rather than the genre. But, I do love films where the line between reality and fantasy becomes blurred, and horror is a great genre for this kind of story.

 

 

CineAlliance : why did you choose to do a movie based on vampires ?

 

Faye Jackson : I came across the myth of the strigoi and I could immediately visualize the movie. It probably helped that I was visiting Romania at the time. Like most people, I grew up with « Dracula » and all the vampire stories it inspired. So when I came across the myth that inspired « Dracula » it surprised me that I found it easier to relate to. Strigoi seem a lot more plausible to me than the vampires I’m used to. People I know could become strigoi. People I know may already be strigoi.

 

 

CineAlliance : What do the vampires’ myth represent for you ?

 

Faye Jackson : The « Dracula » vampire is like the flip side of the great romantic hero. And most of the vampires that have been inspired by Dracula follow the same mould – brooding, artistocratic outsiders who live apart from society but feed on it.

Strigoi are different, they’re a symptom of a sickness at the very heart of a community – a poison that affects everyone.

 

 

CineAlliance : Why did you choose Romania ?

 

Faye Jackson : I’ve visited Romania very regularly over the past 10 years (my husband is Romanian) and I just kept coming across locations, characters, situations and ideas that I wanted to put on screen. All of those kind of fused into STRIGOI.

 


CineAlliance : And did you choose  Romania for the symbol because it’s the birthplace of the vampires ?

 

Faye Jackson : I’ve always found the difference between the popular take on vampires and the Romanian view of them pretty funny, and I liked the idea of unleashing the « real » vampires on a Romanian community that doesn’t quite believe in them any more.

 


CineAlliance : Is  Strigoï rather an horror film than an horrific comedy ?

 

Faye Jackson : Strigoi is a folk lore detective mystery with comedy and horror and drama. And food. And chickens.

 

The shooting  of Strigoi with Faye Jackson


CineAlliance : How  long during the writing of the screenplay and the film making  ?

 

Faye Jackson : I wrote the screenplay when I was promoting LUMP, so it took about a year but I was writing sporadically. The shoot was about 8 weeks. Post-production dragged on for over a year.

 

 

CineAlliance : Why did you use such a blood (about 100 liters)in strigoi ?

 

Faye Jackson : We seemed to spend a lot of time pouring blood into the ground, in the dark. It’s amazing how much you end up using after just a few takes.

 


CineAlliance : How  was the shooting ?

 

Faye Jackson : Shooting in the village we used (Podoleni in north east Romania) was absolutely brilliant. The village is beautiful and so full of character and atmosphere. I think it really inspired the cast and the crew. The studio portion of the shoot was less fun (especially after spending time in the village), but it gave us greater freedom in terms of what we could do with the camera.

 


CineAlliance : Did you autocensored some scenes ?

 

Faye Jackson : I don’t think I censored anything. Sometimes you’re limited by what’s safe for the actors, but that’s about it.

 

 


CineAlliance : You are writer, director and editor. What part is the more difficult to do ?

 

Faye Jackson : Writing is probably the hardest. It’s definitely the hardest to get right.

 

 


CineAlliance : What are your cinematographic influences ?

 

Faye Jackson : My influences are really wide ranging, it’s hard to know where to start. And my cinematographic influences don’t generally stop at movies, I’m also inspired a lot by art, photography, novels and music. The movies that came up the most in discussions when I was planning STRIGOI were probably: Arsenic and Old Lace (because of the way the darker elements play against the comedy), Miller’s Crossing (because of the complicated plot that doesn’t really matter) and White Cat Black Cat (because of the way it celebrates Easter European spirit and humour). I also really like the way film-makers like Guillermo del Toro and Terry Gilliam create these really detailed, unique worlds for each film.  I could go on.

 


CineAlliance : What is  the writer Bram Stocker represent for you ?

 

Faye Jackson : It’s amazing how powerful and influential « Dracula » has been. It’s one of those archetypal stories that can be translated and reinvented endlessly. I don’t know whether he was brilliant or lucky, probably a bit of both.

 


CineAlliance : Do you belive in vampires ?

 

Faye Jackson : Not as such. But I believe there are people who are far worse than the myths we’ve created to try to understand them.

 


CineAlliance : Are you afraid of horror movie in general ? why ?

 

Faye Jackson : It depends entirely on the movie. I’m probably more frightened by horror in cinema than I used to be. I think the more experience you have of life, the more real it seems.

 

 

CineAlliance : What s  your next project ?

 

Faye Jackson : I’m currently working on a sci-fi thriller set in London. There doesn’t seem to be much blood in it yet, but I’m not finished.

 


The official site :

http://www.strigoimovie.com/




 

Thank you to Faye Jackson and Rey Muraru

Interview by Stéphane Humbert

Traduction by Rachel Humbert

 

 

 

 

Version Française :

 

CineAlliance : Pourriez vous vous présenter au public Français ?

 

Faye Jackson : Strigoi est mon premier long métrage. Je suis un réalisateur qui veut raconter une bonne histoire. On m’a dit que j’ai un sens de l’humour plutôt noir et j’ai semble-t-il développé un gout pour le sang (cinématographiquement du moins).

 


CineAlliance : Est ce le court métrage Lump qui vous a amené à faire un film d’horreur ?

 

Faye Jackson : LUMP est un genre de film très différent de STRIGOI, même si les deux peuvent être classés dans l’horreur. LUMP porte essentiellement sur la peur mais ce n’est pas un film d’horreur traditionnel et STRIGOI est un mélange de plusieurs genres : mystere, fantasy, comedie et horreur. Avec ces films j’étais attirée davantage par l’histoire que par le genre. Mais j’adore les films où la limite entre la réalité et le fantastique devient floue et l’horreur est un important genre pour ce genre d’histoires.

 

 

CineAlliance : Pourquoi avez vous choisi de parler de vampires ?

 

Faye Jackson : Je suis venue sur le mythe de strigoi et j’ai pu immédiatement voir le film. Cela a probablement aidé que j’étais en train de visiter la roumanie au meme moment. Comme beaucoup de monde, j’ai grandi avec ‘Dracula’ et toutes les histoires de vampires qui s’en sont inspirées. Donc quand je suis arrivée sur le mythe inspiré de dracula, cela m’a surpris de voir qu’il était facile de le faire. Strigoi semble plus plausible pour moi que les vampires dont j’avais l’habitude de voir.  Les gens que je connais peuvent devenir strigoi. Les gens que je connais peuvent déjà être strigoi.

 

 

CineAlliance : Que représente pour vous le mythe du vampire ?

 

Faye Jackson : Le vampire Dracula est comme l’inverse du grand héro romantique. Et la plupart des vampires qui ont été inspirés par Dracula suivent le même moule : troublang, aristocratique qui livent séparés de la société dont ils se nourrissent.

Strigoi est différent. Ils sont un symptôme de la maladie au milieu d’une communauté – un poison qui affecte chacun.

 

CineAlliance : Pourquoi avoir choisi la Roumanie ?

 

Faye Jackson : J’ai visité la Roumanie de façon très régulière durant les 10 dernières années (mon mari est roumain) et je voyais des situations, des endroits, des personnages et des idées que je voulais mettre à l’écran. Toutes ces choses sont utilisées dans STRIGOI.

 

 

CineAlliance : Est ce que vous avez choisi la Roumanie pour le symbole d’être connu comme le lieu de naissance des vampires ?

 

Faye Jackson : J’ai toujours trouvé la différence entre le conte populaire de vampire et la vue que les roumains ont plutot drole et j’aime l’idée de déchainer les vrais vampires sur une communauté roumaine qui ne croient plus beaucoup en eux.

 

 

CineAlliance : Strigoi est il plutot un film d’horreur ou comédie horrifique ?

 

Faye Jackson : Strigoi est un film policier avec de la comedie, de l’horreur et du drame. Et de la nourriture et des poulets.

 

 

CineAlliance : Entre l écriture du scénario et la réalisation du film combien de temps s’est il déroulé ?

 

Faye Jackson : J’ai écrit le scenario quand j’ai fait la promotion de LUMP donc cela a pris environ 1 an mais j’écrivais sporadiquement. Le tournage a duré environ 8 semaines et la post-production a pris un peu plus d’1 an.

 

 

CineAlliance : Pourquoi avez vous utilisé plus de 100 litres de sang dans Strigoi ?

 

Faye Jackson : Il semble que nous avons perdu beaucoup de temps à diffuser du sang dans la nuit. C’est fantastique de voir combien vous finissez par en utiliser après juste quelques prises.

 

 

CineAlliance : Comment s est déroulé le tournage ?

 

Faye Jackson : Le tournage dans le village que nous avons utilise (Podoleni dans le nord est de la Roumanie) a été absolument superbe. Le village est beau et rempli de personnage et d’ambiance. Je pense que cela a vraiment inspiré les acteurs et l’équipe. La portion de studio pour le tournage était moins drole (surtout après avoir passé du temps dans le village) mais cela nous a donné une plus grande liberté en terme de ce que nous pouvons faire avec une camera.

 


CineAlliance : Avez vous du vous autocensurer pour certaines scénes ?

 

Faye Jackson : Je ne pense pas avoir censure quoique ce soit. Quelque fois vous êtes limités par la sécurité des acteurs mais c’est à peu près tout.

 


CineAlliance : Vous êtes scénariste et réalisateur… Quelle est la partie qui a été la plus complexe ?

 

Faye Jackson : L’écriture est probablement le plus difficile. C’est définitivement le plus dur pour que ça aille bien.

 

 

CineAlliance : Quels sont vos inspirations cinématographique ?

 

Faye Jackson : Mes influences sont vraiment éclectiques. C’est dur de dire par où elles commencent. Et mes influences cinématographiques ne s’arrêtent généralement pas aux films. Je suis aussi beaucoup inspirée par l’art, la photo, des nouvelles et la musique. Les films sont venus le plus souvent dans mes discussions lorsque je planifiais STRIGOI. Arsenic et vieilles dentelles (à cause de la façon dont les éléments jouent contre la comédie), Miller’s crossing (à cause du point complexe) et White Cat Black Cat (à cause de la façon dont on célèbre l’esprit et l’humour des européen de l’est). j’aime aussi beaucoup la façon dont les réalisateurs comme Guillermo del Toro et Terry Gilliam créent des monde uniques et détaillées pour chaque film. Je pourrais continuer….

 

 

CineAlliance : Que représente pour vous l’écrivain Bram Stocker ?

 

Faye Jackson : C’est fascinant de voir comment la puissance et l’influence que Dracula a eu. C’est l’une des histoires archétype que nous refaisons et réinventons sans arrêt. Je ne sais pas s’il est brillant ou chanceux, probablement un peu des deux.

 


CineAlliance : Croyez vous réellement aux vampires ?

 

Faye Jackson : Pas à ce point. Mais je crois qu’il y a des gens qui sont de loin pires que les mythes que nous créons pour essayer de les comprendre.

 

 

CineAlliance : Qu est ce qui vous fait le plus peur dans les films d’horreur en général ?

 

Faye Jackson : Cela dépend entièrement du film. J’ai probablement plus peur de l’horreur au cinema que quand je l’utilise. Je pense que plus vous avez d’expériences dans la vie, plus elle semblent vraisemblables.

 

 

CineAlliance : Quels sont vos futurs projets ?

 

Faye Jackson : Je travaille actuellement sur un thriller SF qui se passé à Londres. Je ne pense pas qu’il y aura beaucoup de sans dedans mais je n’ai pas encore fini.

 

 

Remerciements à Faye Jackson et à Rey Muraru

Interview réalisé par Stéphane Humbert

Traduction Rachel Humbert


zast