0
Posted 1 avril 2009 by zast in Cinéma
 
 

Amorosa Soledad





 
Suite à une rupture, Soledad décide de rester seule pendant 3 ans afin d’éviter un autre déboire amoureux. Dès lors, tout contredit son projet. Pour Soledad, hypocondriaque, rien n’est simple, jamais : nouvelle rencontre, retour de l’« ex », relations avec ses proches…

Le film Amorosa Soledad de Matin Carranza et Victoria Galardi sera sur les écrans Français le 8 juillet prochain et sera distribué par Chrysalis Films.
Il réunira Inés Efron, Fabián Vena, Nicolás Pauls, Mónica Gonzaga, Diego Velázquez, Bruna Castro, Santiago Giralt avec la participation de Ricardo Darín.

 
Amorosa Soledad et le renouveau du cinéma argentin

Ce que l’on a appelé le « nouveau cinéma argentin » est constitué de plusieurs films qui sont apparus dans une même période en Argentine et dans les festivals internationaux, bien que ces films n’appartiennent à aucune école spécifique. Plusieurs thèmes se retrouvaient d’un film à un autre, comme par exemple la réalité sociale d’un pays en pleine crise financière. Ces cinéastes appartenaient à une même génération. Une décennie plus tard, les films argentins sont encore différents parce qu’ils sont issus de nouveaux réalisateurs avec de nouveaux acteurs. Amorosa Soledad repose ainsi sur son actrice principale, Inés Efron, égérie du cinéma argentin contemporain que l’on retrouve également au générique des films de Daniel Burman et de Lucrecia Martel. Le nouveau ton de Amorosa Soledad passe aussi par la fraîcheur de jeu de son actrice principale. Tout comme les films du « nouveau cinéma argentin », l’intérêt pour les personnages du film est toujours aussi vivace et peut-être davantage même puisque Amorosa Soledad devient l’émanation de la subjectivité de son personnage éponyme (le jeu de mots du titre est en effet intraduisible en français, voulant dire à la fois « sympathique Soledad » et « charmante solitude »). Le film devient un portrait sensible d’une jeune femme plutôt qu’un témoignage social propre aux films de Trapero, par exemple. Le clown triste interprété par Inés Efron est comme la cousine argentine d’Alice de Woody Allen interprétée par Mia Farrow. Beaucoup plus léger que Lucrecia Martel, la réalisatrice de Amorosa Soledad, en assumant le choix de la comédie romantique, renouvelle le genre de son regard personnel et poursuit l’émergence du cinéma argentin féminin manifeste de ces dernières années.

 

zast