0
Posted 11 octobre 2019 by Yanick Ruf in Festival
 
 

Jean-Pierre Dionnet premier invité annoncé du Bloody Week-End 2020 !





Jean-Pierre DIONNET est donc le premier invité annoncé du Festival Bloody Week-End ! Un grand nom du cinéma de genre qui se devait d’être présent à cet événement!

Communiqué du Festival :

« En 1975, un magazine de bande dessinée fait une entrée remarquée dans les kiosques. Son nom ? Métal hurlant. Il est fondé par quatre
mousquetaires nommés Jean-Pierre Dionnet, Philippe Druillet, Bernard Farkas et Jean Giraud/Moebius, qui prennent le nom d’Humanoïdes associés. Métal hurlant révolutionne le paysage du neuvième art, inocule le virus de la science-fiction à toute une génération et invente la BD rock, avant de conquérir l’Amérique sous le titre Heavy Metal.
Infatigable découvreur de talents, éditeur de BD et de romans, doté d’une culture encyclopédique et d’une capacité à trouver deux idées (minimum) à la minute, Jean-Pierre Dionnet est le rédacteur en chef inspiré de Métal hurlant, tout en poursuivant une oeuvre de scénariste pour Enki Bilal, Jean Solé ou Beb-Deum.
Mais sa carrière ne s’arrête pas là. À la télévision, il lance les émissions L’Impeccable et Sex Machine avec son complice Philippe Manoeuvre, dans le cadre des Enfants du rock sur Antenne 2.
Sur Canal+, il rend hommage au cinéma populaire dans Cinéma de quartier et aux classiques du cinéma d’horreur dans Quartier interdit.
Avec Alain Carrazé, il raconte la saga des séries télé dans Destination séries. Il fonde une société de production, Des Films, et contribue à faire découvrir au public français le cinéma asiatique et
Hayao Miyazaki.
Dans ses mémoires, Jean-Pierre Dionnet ne fait pas qu’évoquer ses souvenirs, accompagnés d’anecdotes savoureuses et des portraits sensibles de tous ceux qu’il a croisés, de Jean Boullet à René
Goscinny et de Moebius à Marlon Brando. Il se livre aussi à un plaidoyer passionné en faveur de tous ces arts longtemps qualifiés de mineurs et qui occupent enfin une place centrale dans la culture d’aujourd’hui. »


Yanick Ruf