0
Posted 30 septembre 2018 by Yanick Ruf in Festival
 
 

Reportage 16e Festival Pacific Meridian International Film de Vladivostok 2018


Le monde commence au Festival Pacific Meridian International Film de Vladivostok

Le 16e Pacific Meridian International Film Festival Of Asian Pacific Countries In Vladivostok (Festival Pacific Meridian International Film de Vladivostok) s’est déroulé du 21 au 27 septembre 2018. Vladivostok, fondée en 1860, a connu un développement important grâce au Transsibérien et à son port maritime commercial et militaire. L’acteur Yul Brunner y naquit en 1920, ce dont sont très fiers les organisateurs du Festival de Vladivostok.
Cette année, 199 films, longs ou courts, de fiction ou documentaire, composaient la programmation répartie dans différentes sections : compétition, panorama, cinéma russe, Hommage à Yamamura Koji (cinéaste d’animation imprégné de culture occidentale et japonaise, une vraie découverte), Moving Forward, Documentaire, thématique « Family Time », films d’horreur (After Midnight), animation russe, rétrospective Ingmar Bergman, films d’école de cinéma notamment celle de Vladivostok.





Cette 16e édition avait deux invités d’honneur aux styles très différents, l’actrice américaine Andie Macdowell (Sexe, mensonges et vidéo de Steven Soderbergh, Quatre mariages et un enterrement de Mike Newell,…) et Steven Seagal acteur américano-russe (Nico d’Andrew Davis, Piège en haute mer d’Andrew Davis,…).

Trois jurys, International, Critique, Netpac ; les deux premiers avaient à juger les films de la compétition officielle de longs et courts métrages de fiction ; le troisième les films récents spécifiquement asiatiques, répartis dans différentes sections.

Le jury Netpac était composé de Martine Thérouanne (Présidente), Directrice et fondatrice du Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul, Bae Chang-ho, réalisateur coréen, Maria Kuvshinova, critique russe.

Huit films composaient cette section compétitive transversale Netpac : Tsunma, Tsunma : My Summer With The Female Monastics Of The Himalaya de la documentariste taïwanaise Lifang Lin, End Of Summer du réalisateur taïwanais Zhou Quan, No Date, No Signature du cinéaste iranien Vahid Jalilvand, Deep Rivers de Vladimir Bitokov (Russie), Mira de Denis Shabaev (Russie), Tripoli Cancel de Naeem Mohaimen (Bangladesh), The Widowed Witch de Cai Chengjie (Chine) et An Éléphant Sitting Still de Hu Bo (Chine).

Martine et Jean-Marc Thérouanne en compagnie de l'actrice Andie Macdowell

Martine et Jean-Marc Thérouanne en compagnie de l’actrice Andie Macdowell

Ces deux derniers films chinois dominaient très nettement les six autres par la qualité de la performance des acteurs, l’originalité du scénario, l’écriture cinématographique, le travail photographique.

Après d’intéressantes et passionnantes délibérations, le jury Netpac, décida de primer le film fleuve de près de quatre heures de Hu Bo, An Éléphant Sitting Still, faisant partie de la section Panorama.
An Elephant Sitting Still, premier et dernier film de Hu Bo, disparu tragiquement, laissait augurer un réalisateur prometteur tant par la méticuleuse mise en scène, la remarquable direction des acteurs et les détails psychologiques fouillés des caractères des personnages.

Un film qui marque
Jean Marc Thérouanne et Steven SEAGAL

Jean Marc Thérouanne et Steven SEAGAL

L’autre film chinois remarquable à tout point de vu, The Widowed Witch de Cai Chengjie, était présenté dans la section Compétition. Les cinq membres du Jury International, présidé par le réalisateur russe Aleksey German Jr., ne s’y sont pas trompés en lui décernant plusieurs prix, dont le plus important, celui du meilleur film (le trophée est une statuette de cristal bleu marine représentant une corne de lambi).
Ce film a également été récompensé par le Jury FIPRESCI.

Si la cérémonie d’ouverture avait pour cadre le nouveau Théâtre Mariinski, celle de la clôture s’est tenue dans la salle IMAX du multiplexe Okean-Imax. Ce dernier est composé de quatre salles de projection, d’un agréable restaurant avec terrasse, et d’un espace professionnel où se tenaient les conférences de presse et d’une salle vidéo.

Après l’enchaînement des projections de la journée, de 10h à 20h, chaque soir les invités du festival étaient conviés à des repas dans un restaurant différent de la ville, permettant de découvrir l’âme de la Russie, d’échanger en profondeur sur le cinéma, l’art, ou bien d’autres sujets, tissant ainsi des liens bien plus forts que les superficielles « Party Stand Up » de nombre de festivals n’ayant d’autre but que le « Networking ».

Le Pacific Meridian International Film Festival de Vladivostok n’a pas usurpé sa réputation d’être un festival à l’âme conviviale, chaleureuse et fraternelle.

Martine et Jean-Marc Thérouanne
Vladivostok le 28 septembre 2018.

 


Yanick Ruf