0
Posted 26 novembre 2016 by zast in Livre
 
 

Avis sur Zone 52 de Suzanne Stock




zone52

Zone 52, paru aux éditions Le passage, est le second roman de la journaliste lorraine Suzanne Stock. Après Ne meurs pas sans moi , Suzanne nous fait entrer dans la zone 52, une zone contrôlée par une unité ‘gouvernementale’ américaine très dangereuse. Elle confirme ainsi être une auteure qui a des ressources et un univers bien à elle tendant vers le thriller.

Si on côtoyait le côté fantastique, l’horreur à travers les zones sombres de l’esprit humain dans Ne meurs pas sans moi, ici Zone 52 se classe plutôt dans la catégorie des Thrillers.

Cette fois encore Suzanne situe son histoire aux Etats-Unis. Celle-ci commence d’ailleurs à Chicago dans la gare Millennium.

On retrouve quelques références importantes dans ce livre comme la zone 52. Le nom n’est d’ailleurs pas innocent puisqu’il fait référence à la zone 51, base militaire secrète dans l’état du Nevada. L’Œil dont parle Suzanne peut nous faire penser à la série Person of Interest dans laquelle le gouvernement ressemble à Big brother, il voit tout, sait tout sur tout le monde. Personne ne peut se cacher et les gens recherchés seront toujours retrouvés. On trouve également des références claires aux livres de Stephen King comme ‘Carrie’ ou surtout ‘Charlie’, petite fille pyrokinésiste poursuivie par le gouvernement. Ces jeunes filles se sentent submergés par une force qui les dépasse.

Tel est le cas de l’héroïne de Suzanne, Mélissa Stacker, si tant est que cela en soit une.

Suite à une agression, Mélissa manque de se faire renverser par un train à la gare Millenium quand celui-ci déraille. Les images des caméras de surveillance ont envoyées une alerte à la zone 52 qui, dès lors, déploie de grands moyens pour appréhender celle qu’ils jugent responsable de cet accident.

Les thèmes abordés par Suzanne sont très clairs et beaucoup se sont posés et se posent encore les mêmes questions : l’Homme peut-il se substituer à Dieu ? quelles sont les limites que l’on peut poser dans le cadre de déontologie médicale ?

Peut-on tuer tout le monde, hommes, femmes et enfants juste pour une cause ? La fin justifie-t-elle les moyens ? Progrès rime-t-il forcément avec expérience humaine ? Chacun a certainement son opinion sur le sujet.

Le personnage de Mélissa est une jeune fille ‘normale’ qui voit sa vie basculer au cours d’une mauvaise rencontre.

Mélissa a la vie normale des jeunes de son âge. Elle est étudiante à la fac de médecine et pour subvenir à ses besoins travaille comme serveuse dans un centre commercial. Elle se fait attaquer et dès lors sa vie change radicalement. Des choses inexplicables se manifestent autour d’elle, elle devient la cible d’agents prêts à tout pour la récupérer. Elle entre alors dans un tourbillon qu’elle ne maitrise pas, sa vie entière vole en éclats.

Le personnage principal masculin est campé par Thomas Weiss, un agent travaillant dans la zone 52. Anticonformiste, il réfléchit trop et fait passer ses sentiments avant son devoir.

Jusqu’à la dernière page Suzanne distille son savoir-faire avec brio. Elle narre l’histoire de manière à placer ses personnages sans toutefois entrer dans trop de descriptions qui nuiraient à l’action. Car il faut le dire c’est un livre d’action. Celle-ci est d’ailleurs constante. Le livre se lit très bien car il est divisé en petits chapitres de 4-5 pages. Le livre est d’abord divisé en plusieurs grandes parties puis en chapitres.

Un livre fascinant qui nous séduit du début à la fin.

Le livre est disponible sur Amazon.fr


zast