0
Posted 26 août 2012 by zast in Interview
 
 

Interview de Chris Vernel


 

 

ch1

 

Présentation rapide :


Chris Vernel est un jeune homme de 22 ans dont la passion pour le cosplay est venue naturellement après avoir effectué des travaux de reconstitution. Féru d’histoire, ses créations à vocation réalistes sont toujours finement exécutées. Il nous livre lors de cette interview un autre aspect des cosplayeurs.

https://www.facebook.com/Carancerth.Chris.Vernel

 

 

 

Interview :


Peux-tu nous présenter ton personnage et nous expliquer ton choix ?

J’ai choisi le personnage de Lestat car lorsque j’ai commencé à jeter un œil aux chroniques d’Anne Rice, une amie m’avait dit que je ressemblais physiquement au personnage. Je m’étais beaucoup intéressé à ces chroniques et je me suis dit « ah oui étrangement il y a pas mal de points communs ». Vu que j’aime énormément l’histoire et notamment le 18è siècle, je me suis assez lié à ce personnage et même au niveau de sa personnalité des choses me séduisaient ; il y avait des trucs qui marchaient bien.

 

 

Depuis combien de temps est-ce que tu fais du cosplay ? Comment t’es venue l’envie d’en faire ?

Avoir la démarche d’intégrer un personnage comme celui-ci, depuis 2008. A la base je faisais de la reconstitution, je me suis rapproché du cosplay pour me concentrer sur le personnage et ce qu’il y a autour. J’en suis venu à faire du cosplay via la démarche de reconstitution, de recherche autour du personnage, afin de faire un costume qui soit le plus crédible possible.

 

 

Combien de temps te demande la conception d’un cosplay ? Et Niveau budget ?

Cela dépend vraiment du personnage. Actuellement je suis sur Arthas (Ndlr : personnage de WoW) et je l’aurais fini dans un an si j’ai de la chance. J’investis beaucoup de temps et d’argent dans mes cosplays. J’ai pas mal de projets et si je vois qu’ils peuvent m’être rentable j’investis immédiatement dedans. Sinon, si cela reste pour mon plaisir personnel, je peux mettre deux ou trois ans à le créer ce n’est pas grave.

 

 

Et pour ton cosplay de Lestat, cela t’as pris combien de temps ?

Le Lestat ne m’a pas pris beaucoup de temps. C’était de l’ordre de 4 à 6 mois en y allant doucement, en période de Fac.

 

 

Tu as parlé de rentabilité, il y a des cosplays que tu vends ou que tu loues ?

Non non, je parle de rentabilité lorsque le costume me permet d’aller au-delà du simple plaisir d’incarner un personnage. Si je peux l’utiliser en sortant du cadre du plaisir personnel, pour faire des shooting photo, l’utiliser en dehors des conventions comme par exemple lorsque je m’en sers pour des courts ou longs métrages, là il y a rentabilité.

 

 

As-tu déjà rencontré des inconvénients liés au cosplay ? Des remarques négatives  ou des difficultés vis-à-vis de l’aspect de jouer un rôle ?

Oui car je suis quelqu’un d’assez carré, de très exigeant. Je ne vais pas étaler ma façon de voir aux autres, mais c’est vrai que parfois, certaines personnes se permettent de dire des choses ou de faire certaines remarques. Je suis souvent pris pour quelqu’un qui veut trop faire comme il le souhaite et qui n’a pas une démarche assez cosplay. J’ai une vision du cosplay qui reste très personnelle.

Je ne fais pas toujours du jeu de scène avec mes personnages. Je peux très bien être en convention, avec des amis juste pour le plaisir, mais c’est vrai que c’est aussi sympa de jouer avec les personnes quand elles se prennent au jeu avec toi, font des photos, etc. Là on entre un peu plus dans la peau du personnage pour aller au-delà du visuel et vraiment interagir avec les gens.

 

 

Est-ce que tu te présentes sur scène ? Le cosplay c’est aussi le jeu avec le personnage.

J’ai fait une ou deux scènes mais c’était il y’a quelques années. Actuellement ce n’est plus vraiment mon but, je préfère me consacrer au costume et mes travaux en dehors. La scène cosplay est devenue trop compliquée et je n’ai pas le temps de me prendre la tête pour ça. Je n’ai plus besoin d’aller sur scène pour diffuser mes créations ; cela arriverait peut être si j’avais envie de montrer quelque chose de particulier, mais j’ai aussi d’autres moyens pour ça.

Mon but ce n’est pas de faire du concours, mais de rendre hommage à mon personnage, le rendre crédible et faire quelque chose de bien au final. Le jeu de scène je préfère le retranscrire tout simplement en dehors de la scène.

Je veux que le rendu soit parfait, j’avais d’autres projets pour la Japan Expo, mais je n’ai pas eu le temps de les terminer donc je ne les montre pas. Je veux vraiment être sur à 100% de ce que je fais, je suis très perfectionniste et m’impose d’être le plus pointu possible au niveau du rendu.

 

 

Quelle est ta plus grande satisfaction par rapport au cosplay ?

Premièrement, le fait d’avoir réussi, d’avoir réalisé quelque chose qui me plait et me satisfait. Deuxièmement, c’est que ça puisse aussi faire plaisir aux autres et également pouvoir regarder l’impact que cela va avoir sur ces personnes.

C’est une idée de partage tout en sachant comment je pourrais m’améliorer. Par exemple, il y a des personnages sur lesquels j’ai travaillé et je sais qu’il y a des choses à refaire pour X ou Y raisons. Petit à petit j’arrive à quelque chose de mieux, de plus abouti tout en allant vers des projets de plus en plus importants. J’ai commencé par de la reconstitution, puis par du cosplay et je vais vers des courts ou longs métrages, etc.




 

 

Là, tu es déguisé en Lestat. Anne Rice est une Romancière, tu n’as pas d’images du cosplay que tu vas créer et l’auteur ne décrit pas forcément entièrement le personnage. Comment gères-tu les interrogations que tu peux avoir sur le costume ?

Je ne me base pas sur les films, j’essaye vraiment d’aller plus loin et d’avoir une interprétation assez juste en fonction des données que je pourrais avoir. J’ai lu les livres, j’ai pris des notes sur les choses qui étaient récurrentes à Lestat. Notamment par rapport aux schémas de couleur, de ces choix, des petits détails précisés par l’auteur et je les ai retranscrits.

A partir de là, j’ai fait un travail de recherche dans les livres d’histoire, les tableaux, etc. pour trouver quels genres de costume ils portaient à l’époque. J’ai ensuite relié tous ces éléments ensemble pour qu’ils soient concordants.

 

 

As-tu déjà rencontré des cosplayers avec qui tu envisagerais des cosplays de groupe ? Tu recherches plutôt des gens motivés ou des personnes qui ressembleraient plus à un personnage particulier ?

J’ai fait un peu de cosplay de groupe à mes débuts dans l’univers Batman. Aujourd’hui, il est prévu de faire avec certains collègues quelque chose sur Warcraft. C’est vrai qu’avec plusieurs personnes on a souvent plus de chance d’aller loin car en restant seul on peut rapidement être limité.

Tout d’abord, si c’est un personnage précis, il faut qu’il y ait une ressemblance, quelque chose qui puisse coller avec lui. Ensuite, que la personne comprenne ma démarche et s’adapte, il faut être sur la même longueur d’onde pour ne pas dénoter. Enfin, que ce soit quelqu’un de motivé et agréable car tu ne peux pas travailler avec si ça ne passe pas.

 

 

Quel cosplay est le plus agréable à porter pour toi ? A contrario celui où tu serais le moins à l’aise dedans ?

Le plus agréable, je dirais que cela dépend du temps (rire). Lestat je le laisserais dans le top, je l’aime beaucoup, je suis vraiment à l’aise par rapport au personnage et aux vêtements. Il y a aussi Arthas que j’apprécie énormément même si c’est très opposé par rapport à Lestat car ce personnage porte une grosse armure. C’est assez encombrant, mais porter l’armure reste assez plaisant également.

 

 

Un de tes costumes a joué dans un film, comment est-il arrivé là ? Raconte-nous un peu ça.

Alors, ce que je portais jeudi, est un costume que j’avais initialement fait à part pour une compagnie médiéval / fantasy. Je l’ai ensuite quittée, mais j’avais pris contact avec une équipe qui réalisait un film bénévole en région parisienne et cherchait certaines personnes figurantes pour des rôles précis. Je les ai contactés par rapport à ce qu’ils recherchaient et j’ai au final obtenu une place pour tourner avec eux.  C’est comme ça que le costume est venu figurer dans ce film, (Ndlr : Les seigneurs d’Outre Monde) vis-à-vis des exigences qu’ils avaient et ce qui les intéressaient.

 

 

Donc tu as tourné dans le film également ? Tu n’as pas que fourni le costume ?

Voilà. Chacun venaient avec son costume, à part pour les rôles principaux qui eux ont fait l’objet d’un casting et ensuite ont eu un costume. Les petits rôles ou les figurants amenaient leurs propres matériels.

 

 

Est-ce que ça t’as donné des contacts, ouvert des portes ?

Initialement j’ai commencé à faire les premiers tournages avec eux en janvier ou février 2009. Plus tard dans l’année, j’ai commencé à réaliser des courts métrages étudiants et cela m’a donné un peu plus le déclic pour aider à faire de la vidéo ou de la réalisation.

Oui, ça m’as permis d’avoir des contacts, de rencontrer des gens, mais aussi d’avoir des conseils pour mes travaux et ce n’est vraiment pas négligeable.

 

 

Tu as quel âge et tu travailles ou étudies dans quoi ?

J’ai 22 ans, j’ai fini ma licence de lettres modernes et art du spectacle. Je travaille actuellement dans le monde du spectacle, tout ce qui est performances, représentations au niveau de l’histoire antique et médiévale. Cela peut être aussi bien des ateliers pédagogiques que des prestations martiales. J’ai aussi à côté des prestations plus fantastiques à faire.

 

 

Tu restes au final dans un univers plutôt réaliste donc, pas de fiction ? De science fiction ou de manga ?

Même dans la fiction ou dans le fantastique je cherche quelque chose de réaliste. Ma source d’inspiration à ce niveau-là c’est Le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson.

La SF ou le manga ce n’est pas trop mon truc, ce n’est pas que je n’aime pas, mais ce n’est pas vraiment le créneau que j’ai choisi.

 

 

 

Un grand merci à ce jeune créateur plein de talent. Nous vous en reparlerons certainement par la suite avec le film Les Seigneurs d’Outre Monde dont il nous a parlé lors de notre entrevue.

Interview réalisée par Boris Bonnetin & Cha-chan Hyû.

Compte rendu et arrangement par Boris Bonnetin.

Photographie par Boris Bonnetin.

 

 

Retour au sommaire de la Japan Expo 13ème édition.

 



zast