0
Posted 3 octobre 2011 by zast in Interview
 
 

Conférence de presse Drive (64ème festival de Cannes)


Nicolas Winding Refn et Ryan Gosling, détendus et complices, étaient présents au 64ème festival de Cannes pour évoquer avec la presse leur polar sophistiqué Drive en compétition officielle.


Adapté d’une nouvelle de James Sallis, le scénario de Drive fut apporté à Nicolas Winding Refn par l’acteur américain Ryan Gosling admiratif du travail du réalisateur danois des remarqués Bronson et Le guerrier silencieux.


Lors d’un trajet automobile après un dîner à Los Angeles, Refn a résumé ainsi l’histoire du film à Ryan Gosling : « Drive parle d’un homme qui roule dans Los Angeles en écoutant de la musique pop ».

Le personnage principal est « un homme vivant deux vies » dans un Los Angeles filmé en hommage « à la mythologie américaine ». Le tournage était l’occasion de « revivre cette mythologie ». Drive adopte, toujours selon lui, « l’architecture du film noir, ses figures mythologiques » avec une image stylisée. Comme références cinématographiques sont citées par le réalisateur Le Samouraï, Point blank, Bullitt, souvent des films d’auteurs étrangers venus comme lui à Hollywood. Pour Ryan Gosling il s’agissait de « rendre hommage à ces films tout en affirmant notre propre point de vue».

Nicolas_Winding_Refn_et_Ryan_Gosling

Nicolas Winding Refn et Ryan Gosling (photo FB)

 




Le choix de dialogues réduits pour le personnage mystérieux du Driver trouve son explication dans le fameux «  less is more », Refn précisant que « le silence est souvent plus que révélateur que les mots ».


Au sujet du choix de la musique Refn précise qu’il est « un grand fan de la musique des années 80 », ainsi « la pop est devenu la base » de la partie musicale. Il a donné comme indications au compositeur Cliff Martinez d’ « utiliser des éléments de pop music comme référence pour son score ».


Le jury du 64ème festival de Cannes présidé par Robert de Niro a décerné à Drive a remporté le Prix de la mise en scène.

 

Retouvez ICI ma critique de Drive


zast