0
Posted 27 avril 2011 by zast in Festival
 
 

NIFFF 2011 : Herschell Gordon Lewis présente la rétrospective « gore »





Pour sa 11ème édition, le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel propose plus d’une semaine de cinéma de genre. A noter que cette année le NIFFF inaugure une nouvelle salle de projections au Temple du Bas destinée à remplacer l’open air et se pare de deux nouvelles sections : Films of the Third Kind et Ultra Movies. En plus de ces deux nouveaux programmes, le public aura l’occasion de découvrir Just a Film, une grande rétrospective consacrée au genre aussi vaste que méconnu du cinéma dit « gore », en présence de celui à qui l’on attribue son invention, Herschell Gordon Lewis.

Une nouvelle salle de projection au Temple du Bas
Depuis 2007, le NIFFF proposait aux festivaliers des projections en open air sur le quai Ostervald. A la suite de la défection de la société Perron 8, avec laquelle le NIFFF partageait l’infrastructure depuis 2009, la direction du festival a décidé de suspendre pour des raisons financières l’organisation de ces projections en plein air. Afin de remplacer le projet, le NIFFF inaugure une nouvelle salle de cinéma de plus de 600 places au Temple du Bas, en plein cœur de Neuchâtel. Cette nouveauté permettra de proposer une vingtaine de séances supplémentaires et d’augmenter la capacité d’accueil globale du festival.

Films of the Third Kind et Ultra Movies
En 2011, le NIFFF étoffe sa programmation grâce à deux sections supplémentaires: d’un côté, Films of the Third Kind, une sélection à vocation grand public des meilleures avant-premières de la saison, parmi lesquelles le spectaculaire Detective Dee and the Mystery of the Phantom Flame de Tsui Hark, prodige du cinéma de genre hongkongais ; de l’autre, Ultra Movies, des séances de minuit qui dévoileront la face la plus extrême ou étrange du cinéma de genre d’hier et d’aujourd’hui. Une occasion unique de découvrir les perles cinématographiques les plus (d)étonnantes telles l’improbable Norwegian Ninja, film d’espionnage haletant qui associe culture nordique et Kung-fu.

Rétrospective Just a Film !
Le NIFFF consacrera cette année son grand programme rétrospectif au cinéma dit « gore ». Le festival y voit une initiative indispensable dans le cadre de son exploration de la diversité du cinéma fantastique. Depuis plus de dix ans, le NIFFF s’efforce de mettre en lumière la variété et la richesse du cinéma fantastique, loin des clichés qui peuvent peser sur ce genre cinématographique. Dans cette optique, le festival désire donc proposer une réévaluation du cinéma « gore ». Dans son sens le plus ouvert, le « gore » désigne des films qui mettent en jeu de façon spectaculaire des altérations du corps humain. Le but avoué de ces films est d’impressionner le spectateur, mais comme l’indique le titre de ce programme : It is just a film !  Ce n’est que du cinéma !

Prenant ses racines dans le théâtre Shakespearien et le Grand Guignol, le genre traverse toute l’histoire du cinéma. Depuis l’invention du cinématographe en effet, des cinéastes ont exploité son potentiel expressif pour donner des représentations impressionnantes du corps humain. Just a Film propose de (re)découvrir des classiques de ce cinéma de la pure sensation: des premières expérimentations de Georges Méliès au meilleur du fantastique gothique des années 50, jusqu’à l’éclosion proprement dite du genre en 1963 sous la houlette du cinéaste américain Herschell Gordon Lewis.

Herschell Gordon Lewis en chair et en os présentera ses films les plus significatifs, produits d’exploitation aux titres suggestifs tels Blood Feast, The Gore Gore Girls ou 2000 Maniacs! Explorant l’héritage de Lewis, Just a Film s’aventurera ensuite aux confins des années 80 avec l’explosion internationale du genre et son irruption dans le cinéma mainstream sous l’impulsion de cinéastes comme David Cronenberg, Sam Raimi ou Peter Jackson.


zast