0
Posted 11 juillet 2013 by Yanick Ruf in Critique
 
 

Slow Motion Disease, critique de l’album d’Headcharger


Lors du Sonisphère qui s’est déroulé à Amnéville (57) les 8 et 9 juin 2013, nous avons eu l’occasion de rencontrer un groupe de métalleux originaires de Caen. HEADCHARGER, c’est le nom du groupe (dont vous pouvez visionner l’interview ici), a profité de notre entretien pour me faire passer une copie de leur dernier album. Je l’ai écouté très attentivement…. En fait, il tourne en boucle dans ma voiture depuis quelques temps 😉 Cela faisait longtemps que je n’avais pas écouté quelque chose d’aussi bon. Je regrette d’autant plus d’avoir manqué le début de leur concert et j’espère sincèrement pouvoir les revoir sur scène rapidement. Bon, il s’agit d’un groupe de hard rock composé de Sébastien Pierre (chant), David Rocha et Antony Josse (guitares), Romain Neveu (guitare basse), et Matt Le Chevalier (batterie). Mais attention, il ne s’agit pas de hard rock violent, mais plutôt d’un excellent album aux sonorités très rock’n’roll. Tout commence avec All night long, une chanson aux rythmes bien arrangés et qui déménagent. Et l’on continue comme ça jusqu’au 8eme morceau, une chanson en instrumental très calme (The life of A…) qui s’enchaine de nouveau avec une 9eme percutante (…Drifter) et nous offre un mixte entre rock et repos… Original et tout à fait réussi ! A refaire bien entendu ! Le reste continuera avec un excellent rythme (on notera l’excellente Spain Summer Sun, qui déménage un max et dont le refrain reste en tête aussitôt !), jusqu’au final, une sorte de ballade, ma préférée, Slow Motion Disease (qui semble tout droit sortie d’un film), qui a donné son nom à l’album. On se croirait tout droit dans une sorte de bande originale de film par moment. Voici la playlist intégrale de cette quatrième production d’Headcharger :




  1. All Night Long
  2. Don’t Need You
  3. Using People As One Of The Fine Arts
  4. Fires Of Hell
  5. Should Be Running
  6. Dusty Dreams
  7. The Life Of A…
  8. … Drifter
  9. Spain Summer Sun
  10. XIII/XII
  11. Annoying N’ Noisy
  12. Slow Motion Disease

On valse constamment dans cet album rock avec différents niveaux de rapidité et de métal. On monte en pression pour mieux redescendre et pour une fois, ce qui est très bien, c’est de pouvoir profiter des paroles des chansons et ne pas entendre juste du bruit ! Un album qui ne s’adresse pas uniquement aux « bourrins », fans de hard rock, mais qui touche tout le monde avec des refrains qui se retiennent facilement.  Au final, un groupe qui nous donne un style musical un peu comme a toujours su le faire le groupe allemand SCORPIONS. Si vous aimez l’un, vous aimerez l’autre à coup sûr ! Et la seule solution pour en être convaincu : achetez l’album et vous verrez. Vous m’en direz des nouvelles…. Si vous l’avez écouté, n’hésitez pas à nous laisser votre avis.

Headcharger


Yanick Ruf