0
Posted 13 juin 2013 by Yanick Ruf in Festival
 
 

SONISPHERE 2013, premier compte rendu


Le week-end du 8 et 9 juin 2013 s’est déroulé la troisième édition du SONISPHERE, un des plus grands festivals de Hard Rock de France. CINEAlliance était présent sur place pour vous faire vivre l’événement. Entre concert et interview, je vous propose de commencer par découvrir ce qu’en a pensé ma collègue Ema de l’émission Rock Fort Show de la radio parisienne Aligre FM.

« Pendant que certain déciderons d’aller à Roland Garros sur terre battue,  voir encore gagner Nadal, j’ai pour ma part choisi l’option concert sur béton. Allez c’est parti pour un samedi de folie au  SONISPHERE, festival métal près de Metz.

Après 3h30 de route sous un soleil radieux, me voilà sur le site et la journée s’annonce une course contre la montre. En effet les deux scènes SATURNE et APOLLO vont rivaliser d’heure en heure avec des groupes plus prestigieux les uns que les autres. Deux écrans permettent de voir les scènes, ce qui est vraiment pratique.

Un choix m’est imposé donc de par le fait des horaires d’interview et des aléas de la journée.

Je vous propose donc quelques impressions sur certains sets (désolée pour ceux que je n’ai pas pu voir) et une interview de Francky, batteur du groupe DAGOBA faisant l’objet d’une annexe à ce report. Voici les jeux, sets et matches jusqu’à la finale…

 

 

Des 13h, HEADCHARGER, groupe de métalcore français créé en 1997 inaugure le festival pendant une demie heure.

Relayé par un set du même temps pour DAGOBA, les marseillais, venus présenter leur dernier album « post-mortem nihil est », du power métal, qui verra un wall of death prendre forme devant un public réceptif.

Dagoba

Au tour de CRUCIFIED BARBARA à faire retentir leur rock’n’roll pêchu. Elles mettent le feu devant des festivaliers chauffés par le soleil devenant de plus en plus brûlant…. Le soleil bien sur.  

 

KARNIVOOL, groupe australien de néo métal créé en 1999, suivis de BEHEMOTH, les death métalleux, groupe polonais, avec à leur tête depuis 1991,  le charismatique Nergal.

Le set des suédois du groupe SABATON, créé en 1999, démarre rapidement avec des musiciens survoltés tous habillés de treillis identiques sur t-shirt ou chemise noire. Leur power metal convainc la foule mais qu’en est-il du look de Joakim Broden.. .bon, oui, on a l’habitude…..il est vrai qu’il ne passe pas inaperçu mais cela reste pour moi une question sans réponse « pourquooooi » ?  

Crucified barbara




BRING ME THE HORIZON se présente avec ce coté post-ado assumé qui fait leur particularité jusqu’à imposer le respect lors de ce set desservi par le son.  J’attendais de constater en live les progrès annoncés du groupe lors d’interviews dans la presse spécialisée et surtout la voix travaillée d’Oli Sykes sortie de ce corps fragile. Checked ! J’aime beaucoup voir les artistes en live car on se rend compte de leur énergie et aussi de leur carrure et quelquefois c’est impressionnant.

Je pense notamment aux vikings de AMON AMARTH, groupe de death mélodique depuis 1992, qui investi la scène de son drakkar pour un set qui en impose tout comme Johan Hegg et ses musiciens. A-t déjeuné d’une entrecôte de 1kg à midi…on ne sait pas, par contre il a « bouffé » un public totalement déchainé. Le set se termine sous quelques gouttes d’eau tombées du ciel, qui rafraichi un public qui commence à rougir à vue d’œil. Investissement total de la scène par les anglais de MOTORHEAD qu’on ne présente plus…depuis 1975 quand même… Respect à ce set carré, sans surprise mais toujours plaisant avec un son qui envoie du bois. Dès que cela se termine on a envie que cela recommence. Lemmy, Mickey, Phil….forever !

 Premier gros son de la journée pour IN FLAMES, groupe suédois créé en 1990, avec son frontman Anders Fridèn qui a rajeuni après son passage chez le coiffeur. J’ai pu approcher le personnage, pour le moins impressionnant par son côté froid puis après quelques mots échangés et une poignée de mains respectueuse, un sourire esquissé. Je suis sous le charme ! le set profite d’un son plutôt bon et on sent que le public commence à se lacher.

Au tour de SLAYER de jouer pendant un coucher de soleil magnifique. Puissance, rapidité, charisme sont au rendez vous….et bien évidemment un hommage à Jeff Hanneman métalement émouvant sur le titre « angel of death », le groupe ayant affiché en fond de scène les dates de Jeff ainsi que la phrase « angel of death still reigning », sur le visuel vert d’une marque de bière (cf. guitare de jeff). Mention double nulle pour les lumières vertes choisies afin d’agrémenter une partie du show qui sont vraiment affreuses… les lights seraient elles sponsorisée par la même marque de bière ?

Motorhead

Maintenant, il fait nuit, le public est bien chaud, les californiens de KORN , groupe mythique depuis 1989, est dans la place, Head est revenu et est clairement à l’aise et content d’être là, il ira à l’issue de la prestation serrer des mains aux premiers rangs. Jonathan DAVIS a une voix des grands jours, la communication avec le public reste toujours difficile mais ils se donnent tous à fond. Fieldly a marqué son visage de peintures de guerre habituellement réservées à Munky. Ils s’amusent tous les deux jusqu’à se parler pendant le set ce qui rend le show assez vivant. Ray est toujours aussi efficace ! un grand moment de KORN malgré le choix de la setlist un peu éclectique et pas toujours judicieux. Qu’importe… ce néo métal totalement barré est exceptionnel et le frontman est toujours aussi habité mais nettement moins torturé ce soir.

 

C’est donc presque la fin de cette journée et les américains de LIMP BIZKIT, créé en 1995, débarque avec un son plutôt fort, trop. Ca bouge et dans le genre mélange néo métal, c’est plutôt convaincant. A vous de choisir sur ce final lequel a été le meilleur…..sur ce point je ne suis pas objective ! je ne peux m’empêcher de penser que ce soir la famille néo a été réunie car l’on connait les affinités entre les deux titans de la soirée.

 

Ainsi s’achève cette journée forte en soleil, son, rencontres… et aussi en sécurité toujours aussi musclée sur cet événement. Une mention spéciale pour les médecins et secouristes bien présents et accessibles et les bénévoles qui sont sympas et efficaces. Merci à l’orga qui a eu beaucoup à faire, encourageons les donc.  Allez maintenant on soigne ses coups de soleil ! »

 

Live report by Ema pour le Rock Fort Show.

rockfortshow

 

Bientôt la suite ici meme avec mon compte rendu du festival, et des interviews de DAGOBA, HEADCHARGER et CRUCIFIED BARBARA. Sans oublier une excellente galerie de photos prises lors de l’événement. Hellyeah!

Tous nos remerciements à Karine Sancho de Warner, Mehdi et Sabrina de Verycords.

 

 


Yanick Ruf