0
Posted 6 février 2013 by zast in Festival
 
 

Le programme du festival Discovery zone 2013 au Luxembourg


La troisième édition du festival Discovery zone aura lieu du 28 février au 8 mars 2013 au Luxembourg. Comme l’année dernière, le festival présentera beaucoup de films intéressants pour les cinéphiles, pour le grand public et pour les enfants. La présence des réalisateurs sera aussi un évènement incontournable de cette édition qui s’annonce particulièrement intéressante !

Cette troisième édition sera, avant tout, marquée par l’entrée de l’événement dans un mode compétitif. Un jury international, prochainement dévoilé, devra se positionner sur 11 films en provenance du monde entier (Afghanistan, Israël, USA, Paraguay, lire par ailleurs…) afin de remettre le GRAND PRIX DISCOVERY ZONE – BY ORANGE, d’une valeur de 10 000 €. La presse luxembourgeoise aura également la responsabilité de plancher sur cette sélection, afin de définir le PRIX DE LA CRITIQUE – BY BGL BNP PARIBAS, qui était revenu l’an passé au film japonais CONFESSIONS.

L’évènement, du côté de la sélection internationale, sera sans conteste la présentation exceptionnelle, en ouverture officielle, du film-événement THE PLACE BEYOND THE PINES, précédé par un buzz extrèmement prometteur. Le festival retrouve donc DEREK CIANFRANCE et RYAN GOSLING, remarqués en 2011 avec BLUE VALENTINE, lors de la première édition de Discovery Zone. Egalement très attendu, parce que réalisé dans le plus grand secret, PARDE (CLOSED CURTAIN), le nouveau film de Jafar Panahi, réalisateur emblématique de la nouvelle vague iranienne, sera présenté au lendemain de sa première mondiale, en compétition officielle, à Berlin. Cette année, de nombreuses réalisatrices feront le déplacement jusqu’à Luxembourg. Ce sera notamment le cas de l’israélienne Rama Burshtein, dont le film FILL THE VOID propose une vue de l’intérieur de la communauté ultra-orthodoxe à laquelle elle appartient. Dans un tout autre registre, Maja Milòs viendra défendre CLIP, film serbe offrant une plongée violente et frontale dans les errances d’une adolescente. Primé il y a quelques jours au festival de Sundance, AN AFGHAN LOVE STORY fera sa première européenne à Luxembourg. 7 BOXES pour le Paraguay, KARAOKE GIRL pour la Thaïlande, cette année encore, Discovery Zone vous offrira un marathon mondial de ce que le cinéma a de meilleur à proposer. Une mention d’ailleurs pour CONSUMING SPIRITS, étrange film d’animation « bricolé » pendant près de 15 ans par Chris Sullivan, qui fera le trajet de Chicago à Luxembourg pour nous en expliquer les rouages.

L’équipe du festival est également particulièrement fière d’une sélection documentaire qui n’aura jamais été aussi spectaculaire. A commencer par le monumental THE ACT OF KILLING de Joshua Oppenheimer (DK), théâtre d’une étrange rencontre avec les auteurs des massacres indonésiens dans les années 60. Actuellement dans toutes les bouches, THE GATEKEEPERS vous plongera dans les coulisses des services secrets israéliens, pour une leçon d’histoire que vous n’êtes pas prêts d’oublier. Véritablement saisissant, LEVIATHAN vous fera partager –au travers d’une expérience cinématographique dépouillée-, le quotidien d’une équipe de pêche aux prises avec des conditions de travail extrêmes. Pour vous remettre de vos émotions, l’attachant couple de milliardaires de THE  QUEEN OF VERSAILLES vous entrainera au cœur d’une crise financière qui va profondément bouleverser leur quotidien mais ne leur fera pas perdre leur sourire.

Plus jubilatoire encore, COMRADE KIM GOES FLYING, premier film nord-coréen à atteindre une notoriété mondiale, bénéficiera de la présence de sa coréalisatrice, la Belge Anja Daelemans. Un SPECIAL SCREENING, au même titre que la présentation (gratuite) du documentaire CASTING BY, au terme de laquelle une table ronde sera organisée, en présence de la directrice de casting berlinoise Simone Bär, qui a contribué à des œuvres aussi emblématiques que LE RUBAN  BLANC ou INGLORIOUS BASTERDS.

La volonté affichée de Discovery Zone sera, cette année plus encore, de privilégier les salles du centre-ville. Mais l’événement sera aussi HORS LES MURS. Pour son déjà traditionnel JEUDISCOVERYZONE, le CARREROTONDES accueillera la projection du documentaire FRAKTUS, hilarant pastiche de la scène électro allemande. Côté Live, saluons le retour de l’un des phénomènes berlinois des 90’s : STEREO TOTAL. Pour son brunch dominical, le MUDAM accueillera le documentaire A KURDISH LOVER et proposera d’en rencontrer la réalisatrice : Clarisse Hann. Vous pourrez également profiter de vos pauses déjeuner pour assister, au CASINO LUXEMBOURG – FORUM D’ART CONTEMPORAIN, à des projections quotidiennes d’œuvres à mi-chemin entre cinéma et art, ou vous retrouver le samedi pour la projection du documentaire NEVER SORRY de l’artiste chinois AI WEIWEI. Nouvel arrivé dans la liste des institutions partenaires, le CCRN proposera UN DERNIER THÉ A BADEN-BADEN, un étonnant spectacle mêlant cinéma et théâtre, signé des graphistes suisses PLONK ET REPLONK. Il marquera l’ouverture du festival HUMOUR POUR LA PAIX.





Comment finir sans évoquer la fenêtre luxembourgeoise, si importante cette année qu’il fallut pousser les murs et doubler le nombre de séances lui étant consacrée. Pas moins de 8 premières ou avant-premières auront lieu cette année. A commencer par AU BONHEUR DES OGRES (Nicolas Bary), l’adaptation du roman de Daniel Pennac faisant sa première mondiale lors de la clôture du festival. Sélectionné à Berlin, NAKED OPERA (Angela Christlieb) rentrera en dialogue avec un autre documentaire pétri de musique : CELLO TALES, d’Anne Schiltz. La rumeur ayant également précédé les gestations des oeuvres luxembourgeoises SWEETHEART COME (Jacques Molitor) et NEVER DIE YOUNG (Pol Cruchten), il faut s’attendre à quelques embouteillages dans les couloirs d’Utopia. Patrick Ridremont (DEAD MAN TALKING) a déjà confirmé sa présence, de même que Gisèle Casadesus qui, à près de 99 ans, viendra défendre SOUS LE FIGUIER aux côtés de sa réalisatrice, Anne-Marie Etienne. Sans oublier SILENT CITY, le plus luxembourgeois des films japonais produits par les Pays-Bas, également présenté en presence de sa réalisatrice, Threes Anna.

Du côté des courts nationaux, face à l’impossibilité de présenter d’un seul trait l’ensemble des oeuvres inédites actuellement disponibles, Discovery Zone proposera deux événements distincts : sa traditionnelle soirée des courts-métrages, mais aussi un rendez-vous des « moins courts » proposant, dans un créneau dédié, trois oeuvres se situant entre 20 et 30 minutes.

A la fois point-information, lieu de rencontre, bar éphémère (en collaboration avec le Filmreakter), le Ratskeller (Cercle Cité) sera, à nouveau, le point de convergence du festival. Il accueillera deux expositions, l’une consacrée aux films d’animations produit par ou avec le concours du Luxembourg, l’autre aux salles de cinema du pays. Le 27 février, le vernissage de ces expositions permettra également de découvrir l’ouvrage « D’Stater Kinoen, eine Kinogeschichte der Stadt Luxemburg » en présence de son auteur, Paul Lesch.

Pour plus d’informations, il suffit de vous rendre sur le site officiel :

http://www.discoveryzone.lu/


zast