0
Posted 29 avril 2013 by Fabien Brajon in Festival
 
 

Conférence de presse Mud au 65ème festival de Cannes



Après le remarquable Take shelter présenté en 2011 dans la section Un certain regard, l’américain Jeff Nichols présente en compétition Mud, interprété par Matthew McConaughey, Reese Witherspoon et Tye Sheridan.

Jeff Nichols, Matthew McConaughey, Reese Witherspoon et Tye Sheridan étaient réunis pour nous parler de cet enchanteur Mud.

DSC00928photo F.B

Pour son réalisateur, dans Mud, « le fil rouge est l’amour romantique ». Le jeune Ellis interprété par Tye Sheridan « cherche une version de l’amour qui marche ». D’ailleurs « tous les personnages sont vus à travers ses yeux d’enfants, ce qui a permis de tenir la cohérence du film ».




Au sujet de son personnage, le Mud du titre, Matthew McConaughey précise : « Mon personnage a la tête dans les nuages, il vit dans un monde irréel ».Et ajoute « il ne veut pas être raisonnable ni pragmatique ». Son amour pour le personnage interprété Reese Witherspoon est « sans bornes ».  Pour Jeff Nichols « Mud représente la superstition ».

Selon Reese Witherspoon « la trame est bien organisée, on suit les histoires d’amour de chaque personnage ». Quant aux choix des décors elle déclare avoir eu l’impression, à la lecture du scénario, être chez elle, dans la région (l’Arkansas) où elle a grandi.

Nichols ajoute avoir voulu montrer ces vastes panoramas en 35mm, un format qu’il affectionne depuis la découverte du film Lawrence d’Arabie : « J’ai besoin de l’aspect visuel pour transmettre des émotions ». Autre film vénéré par Nichols, Badlands, pour lui pas loin d’être parfait. Dans la construction d’un film il est important de « prendre quelques moments pour réfléchir ». En définitive pour le réalisateur de Mud « chaque histoire mérite d’être unique ».

Si le cinéma de Terrence Malick le nourrit, l’œuvre de Mark Twain, son écrivain préféré, a été une source d’inspiration. Il avoue même avoir « volé des choses à Mark Twain » (entre autres références une empreinte de chaussure). Pour conclure il lui était important de montrer ce Sud là, représenté par le personnage du père d’Ellis, où « les gens ont une culture bien à part, un mode vie qui va disparaître ».


Fabien Brajon