0
Posted 30 mai 2010 by zast in Festival
 
 

12ème festival Caméras des Champs le palmares


 

VignetteEpouvantail




 

Le 12ème Festival International du Film Documentaire sur la Ruralité vient de révéler son palmarès. Le jury a délivré trois prix et un prix d’encouragement. Ces quatre distinctions ont été complétées par un prix du public et des habitants décerné par les spectateurs et un prix des lycéens.
Le jury du 12ème festival était composé de Denis Darroy : Directeur Général du Pôle Image de la Région Haute-Normandie ; Anne-Marie Delafont : Habitante de Chambley-Bussière ; Jean-Michel Dury : Réalisateur et co-organisateur du festival « Docs en Goguette » en Bourgogne ; Florence Gautier : Chargée de mission arts visuels au Conseil Régional de Lorraine ; Simon Guirlinger : Etudiant de l’Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel à Nancy ; Josiane Lecuillier : Responsable de la diffusion à la Cinémathèque du Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt ; Sani Magori : Réalisateur et lauréat du festival Caméras des Champs 2009 ; Loïc Millot : Doctorant en esthétique du cinéma à l’Université Paul Verlaine – Metz ; Jean-Louis Roux : Directeur Régional de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de Lorraine.

1er Prix du jury > El Puesto
Réalisé par Aurélien Lévêque
Synopsis : Marin vit seul dans une cabane au milieu des étendues grandioses de la Patagonie argentine. Quelques visites viennent parfois briser la solitude de cette âpre vie fuégienne. C’est la rencontre d’un poulain qui donne à ce conte sauvage une dimension humaine. Un western, sans coup de feu ni bagarre.

2ème Prix du jury > Les petits Princes des sables
Réalisé par Stéphanie Gillard
Synopsis : Chronique de la vie d’enfants Touaregs à l’école des Sables Saint-Exupéry au Nord du Mali. Entre les sables du désert et les rives du fleuve Niger, c’est le début d’une nouvelle vie pour ces enfants qui vont apprendre à lire, à écrire. C’est aussi la découverte de huit mois de sédentarisation et d’une forme inédite de voyage : celui de la connaissance.

3ème Prix du jury > Bernard, ni dieu ni chaussettes
Réalisé par Pascal Boucher
Synopsis : Sur les bords de Loire, Bernard Gainier continue bon gré mal gré à cultiver sa vigne et à partager son vin entre amis au « Bureau », sa cave. À 73 ans, il a toujours vécu seul et reste fidèle à un mode de vie rural qu’il a toujours connu. Bernard est un gardien de la mémoire. Celle du poète local Gaston Couté, héritier de François Villon, qui connut son heure de gloire dans le Montmartre de la Belle Époque. Les deux hommes, qu’un siècle sépare, ont en commun des idées libertaires et la volonté de témoigner de la condition paysanne des plus humbles. Depuis 25 ans, Bernard écume les salles des fêtes de la région pour faire entendre les textes du poète écrits dans sa « langue maternelle », le patois beauceron. En 2009, il a enregistré son premier CD en solo, une consécration qui le laisse de marbre… « J’chu d’abord un pésan ».

Prix d’encouragement > Entre chiens et loups
Réalisé par Marie Chenet
Synopsis : Thierry, berger, dans le Parc du Mercantour, a des soucis. Depuis treize ans, le loup s’est invité sur ses pâtures, prélevant régulièrement sa pitance au sein du troupeau. En évoquant la difficile cohabitation entre le loup et les bergers, Thierry nous invite à réfléchir sur l’avenir de l’activité pastorale et sur celui de nos montagnes.

Prix du public et des habitants > Vague à l’âme paysanne
Réalisé par Jean-Jacques Rault
Synopsis : Trois paysans nous font partager leur métier. Ils nous livrent leur quotidien fait de travail, de plaisir, de contraintes, de doutes. Chacun d’entre eux porte à sa manière une part de l’histoire du développement agricole. Ils essaient d’y trouver leur place, coincés entre leur dépendance à la manne européenne et les fluctuations des cours. Entre plaisir et malaise, le film explore ce « vague à l’âme », mais surtout la passion de ces hommes pour leur vie paysanne.

Prix du jury lycéen > El Puesto
Réalisé par Aurélien Lévêque
Synopsis : Marin vit seul dans une cabane au milieu des étendues grandioses de la Patagonie argentine. Quelques visites viennent parfois briser la solitude de cette âpre vie fuégienne. C’est la rencontre d’un poulain qui donne à ce conte sauvage une dimension humaine. Un western, sans coup de feu ni bagarre. Des élèves des lycées agricoles de Château-Salins et Mirecourt et du lycée Poincaré de Nancy
composaient le jury lycéen. Ce prix est parrainé par le Conseil Régional de Lorraine.


zast